A la uneActualitésPolitique

NÎMES L’Union citoyenne des deux rives va-t-elle prendre l’eau ?

Ce mardi après-midi au foyer Albert Camus pour le repas de fin d'année (Photo : Coralie Mollaret)

Face à une baisse de ses ressources, l’association qui œuvre, depuis 37 ans, à l’égalité des chances au Chemin-Bas menace de mettre la clef sous la porte.

C’est un cri d’alarme qu’a poussé, ce mardi, le président de l’Union citoyenne des deux rives, Moncef Garrouri. Une association créée en 1982 visant à aider les habitants du quartier populaire du Chemin-Bas. Parmi ses actions, on relève le soutien scolaire délivré aux enfants et les cours de français dispensés aux plus âgés.

D’ailleurs hier à midi, quatre femmes ont reçu le diplôme du Centre international d'études pédagogiques. C’est le cas de Rahma, 23 ans, originaire d’Algérie et installée depuis deux ans en France : « J’ai suivi ces cours pour discuter avec les gens et réussir à m’intégrer. »

Un rempart contre l'intégrisme

Rahma, 23 ans, et sa professeur de français, Louiza (Photo : Coralie Mollaret)

Pour le président, l’Union citoyenne des deux rives « donne des clefs aux habitants du quartier pour réussir. Apprendre la langue, c’est gagner en liberté. Ça permet d’avoir confiance pour aller au bout de ses rêves. » Et de citer les noms de jeunes du quartier, devenus « médecins, cardiologues ou infirmière. » Un discours, des actions qui « éloignent l’image négative de notre quartier pour réintroduire de la République. »

À l’heure où l’intégrisme séduit malheureusement des jeunes (et moins jeunes) en rupture avec la société, « notre association est un rempart.» Seulement aujourd'hui, le rempart menace de céder. Depuis plusieurs années, la baisse des aides de certaines collectivités, couplée à la fin des contrats aidés fragilise la structure. « Notre pérennité est compromise et nous risquons de disparaître », alerte M. Garrouri.

Une table ronde demandée au préfet

Le président en appelle à l’aide de ses partenaires. Vice-présidente au Département en charge de la Politique de la ville, Amal Couvreur l’assure : « Tant que vous continuerez à faire le travail formidable que vous faites, le Département sera toujours à vos côtés. » Son homologue, Christian Bastid, demande au préfet de mettre en place « une table ronde avec toutes les collectivités pour trouver des solutions. »

Les enfants ont choisi des mots qui représentent pour eux la France (Photo : Coralie Mollaret)

D’après le communiste, également élu d’opposition à la ville de Nîmes, « la municipalité a réduit ses subventions et la fin des contrats aidés a contraint l’association à embaucher.» Avec huit salariés, l’association n’y arrive plus. Élu à la Ville, Marc Taulelle rappelle que la baisse de 10% ces crédits à l’association, l’an dernier, est ni plus ni moins que la conséquence « de la baisse des aides de l’État. À l’État de prendre ses responsabilités. » 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “NÎMES L’Union citoyenne des deux rives va-t-elle prendre l’eau ?”

  1. Objectif Gard fait dans le prosélytisme visuel via la belle Rahma qui veut s’intégrer via l’association qui manque d’argent pour cela. Rahma est donc, belle, jeune, maquillée et bof, oui, elle est voilée, et alors ?
    Et alors nous n’avons pas à subventionner des associations qui « intègrent » l’islam(isme).
    Nous savons les rapports qui tombent concernant l’islamisation des associations « culturelles », sportives … attention danger !

    Conseiller RN. Nîmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité