A la uneActualitésCulture

FESTIVAL DE NÎMES UB 40, Tears for fears et les cerbères…

Entièrement dédiée aux talents d'outre-Manche, la soirée a été belle pour tout le monde. Où presque...

UB 40 s'est montré à la hauteur de sa réputation et de ses... 40 ans de carrière (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Pour le plus grand plaisir de près de 8 000 nostalgiques, les années 80 étaient à l'honneur hier soir dans les arènes bi-millénaires où se sont succédé deux icônes british, UB 40 et le duo Curt Smith-Roland Orzabal des Tears for fears. Si le public intergénérationnel a été à la fête, les journalistes pas vraiment...

Affichant 40 ans de carrière mais pas une ride, le reggae mâtinée de ska de UB 40 entamait le raout de la meilleure manière qui soit. Sourire aux lèvres et bonne humeur affichée, le combo de Birmingham et son impeccable section cuivre caressait le public dans le sens du poil. Un premier titre pour faire connaissance et dès le deuxième la complicité avec les occupants de la fosse s'établissait et c'était parti pour un enthousiasmant set "Rock'n'Roots" !

UB 40 (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Dans la fosse, l'ambiance était des plus chaleureuses et festives (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
UB 40 (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Portée par une vague reggae chaloupée, la foule, tout en déhanché, se laissait submerger et chavirait du bonheur d'être là. Au fil d'une prestation bien rodée, les dix musiciens égrainaient un florilège de leurs standards, repris en chœur par les fans. Sous les vivats, le cultisme "Red, red, wine" emprunté à Neil Diamond faisait tourner les têtes et faisait office du "dernier p'tit coup de rouge pour la route" avant que les roadies ne fassent place nette pour les Tears for fears.

UB 40 (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

D'impossibles conditions de travail

Et c'est là que la soirée tournait à l'embrouille pour les journalistes et photographes, pourtant dûment accrédités... En effet, alors qu'il était préalablement convenu par écrit que les professionnels puissent prendre quelques clichés depuis les "crash barrières" installées devant la scène pendant les trois premiers morceaux, quelques heures avant l'événement la production changeait les règles via un mail laconique adressé aux rédactions et de vagues excuses.

Le meilleur du pire de la photo. Un cliché de Tears for fears pris au 18/105 à 100 mètres de la scène (les spécialistes apprécieront !). Avec nos plus plates excuses... (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Et votre serviteur et ses compagnons d'infortune d'être finalement encadrés et escortés par la milice comme des délinquants gardés à vue avant d'être parqués à six dans 2 m2 à coté de la régie son, à une centaine de mètres de la scène, pendant que la foule dégainait les portables pour filmer et photographier à qui mieux mieux en toute impunité...

Tears for fears (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

L’œil rivé au viseur pour tenter d'arracher un cliché convenable et sans pouvoir jauger l'ambiance, le quarteron de plumitifs et de photographes était ensuite raccompagné jusqu'à la sortie des arènes par une cohorte de "souriants" cerbères zélés prêts à bondir et craignant visiblement que d'aucuns de ces dangereux subversifs ne tentent une ultime escapade dans la foule pour faire son travail.

De fait, du concert des Tears for fears, tout juste pourra-t-on vous dire que le son était bon, et les éclairages et la scénographie très réussis. Pour le reste, rendez-vous sur les réseaux sociaux où vous avez bien un(e) ami(e) qui aura partagé photos et vidéos et faites-vous raconter la suite...

Philippe GAVILLET de PENEY

Pour ce concert made in UK, les arènes étaient copieusement garnies (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité