Actualité générale.ActualitésPolitique.

BEAUVOISIN Conseil de crise à la mairie

Un conseil municipal pour voter - enfin - le budget et toujours des incertitudes.

Une salle du conseil quasiment vide et pourtant il s'agit de voter le budget 2019 (photo Véronique Camplan)

À Beauvoisin la guerre continue. Les frondeurs de la majorité, qui réclament le départ du maire, n'ont pas rendu les armes en refusant de voter un budget 2019 pourtant approuvé par la Cour des comptes de Montpellier et qui devra attendre encore un certain temps avant d'être voté… ou pas. 

Ce matin, conseil municipal à 9h30, convoqué par le maire pour voter (enfin) un budget 2019 qui se fait plus que désirer. Ledit budget avait été retoqué parce que pas en équilibre lors du premier vote. Un prévisionnel remis à l'équilibre par François Mousset, le directeur général des services envoyé par le CGS (Centre de gestion de la fonction publique) 30, la précédente DGS étant en burn out. Ce budget vient d'être soumis à l'approbation de la Cour des comptes qui l'a approuvé. La semaine dernière il n'a pas pu être voté, le quorum n'étant pas atteint. Le maire a donc convoqué à nouveau les conseillers pour soumettre le budget au vote.

Un vote dans la confusion

Beaucoup d'absents parmi les frondeurs de l'opposition qui avaient donné procuration à leurs camarades opposants. Malgré un conseil clairsemé l'ambiance est tendue. Et ça commence par une intervention de Sophie Bonnefoi, adjointe aux affaires scolaire, qui lit une note remise par Christophe Tichet, l'adjoint à la voirie, absent. En cause le mode de convocation que les frondeurs contestent, ayant exigé des convocations par lettre recommandée et non par mail. Ça démarre plutôt mal.

Sophie Bonnefoi, adjointe aux affaires scolaires, donne le ton des débats en contestant le mode de convocation du conseil (photo Véronique Camplan)

Puis on passe au vote du budget que les frondeurs demandent à voter chapitre par chapitre. Le maire, Guy Schramm, s'y colle, épuisé par cette guerre de tranchée. Des chapitres votés à l'unanimité, d'autres à la majorité et d'autres encore refusés. Le tout dans la confusion la plus totale provoquée entre autres par le nombre de votant par procuration. Au terme de cette séquence à rallonge, le maire propose de voter le budget dans sa globalité pour plus de clarté.

Sans grande surprise la proposition est refusée. Les frondeurs déclarent vouloir réclamer l'annulation de ce budget par la préfecture. Du côté du maire il sera envoyé le délibéré du conseil à la Cour des comptes pour savoir si les votes "contre" suffisent à annuler bloquer le budget. Après un décompte minutieux, il ressort que sur les 26 chapitres que compte le budget cinq ont été rejetés. Une ligne budgétaire de 20 000 euros changée d'affection pour cause de rééquilibrage a motivé un rejet, l'ensemble des chapitres rejetés représentant un peu moins de 30% du budget.

Les lettres vont partir de part et d'autres et rien n'a avancé au grand dam de l'opposition qui tient à noter  en substance que cette guerre est aussi lassante que préjudiciable à la vie de la commune. À Beauvoisin, le feuilleton administratif est loin d'être terminé.

Véronique Palomar Camplan

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité