Culture

NÎMES Jean Hugo au musée des Beaux-Arts

Nous n'avons pas eu le droit de prendre des photos donc, pour les illustrations, il faudra vous contenter de ce que l'on a pu dénicher... Tant pis.

En attendant, cette exposition vaut le coup d’œil car Jean Hugo, arrière-petit-fils de qui vous savez, a un sacré coup de pinceau. Les expositions renouvellent la connaissance et l’appréciation d’un des grands illustrateurs du XXe siècle à partir d’un nouveau regard sur des ouvrages incontournables et des œuvres rarement montrées.

On pourrait croire que le nom de famille aurait suffit à faire de la carrière de Jean Hugo un artiste accompli. Il n'en est rien. En tout cas il n'a pas connu la gloire seulement grâce à son nom. Son art ne s'est jamais reposé sur son patronyme et jusqu'au 22 septembre, le musée des Beaux-Arts de Nîmes et la bibliothèque Carré d’art présentent en écho un hommage commun cet artiste ayant vécu près de cent ans (1894 – 1984).

Le musée des Beaux Arts expose Jean Hugo (Photo Anthony Maurin).

Pourquoi l'exposer à Nîmes plus qu'ailleurs ? Déjà parce qu'il a vécu plus de trente ans dans le sud de notre département. C’est là qu’il se retira après une vie artistique et intellectuelle riche de rencontres dans les années 1930. Son œuvre abondante, atypique et protéiforme présente une multitude de facettes et honnêtement, une belle exposition n'est pas usurpée pour une telle production atypique.

Avec lui naissent des dessins, de la peinture, de la décoration de théâtre et d'intérieur, des illustrations de livres rares, des vitraux, de l'écriture... Jean Hugo fait tout, sait tout faire, se frotte à de nombreux défis et les relève tous ou presque. Son style propre, d’apparence simple et naïf, met en scène de nombreux paysages et dénote une connaissance pointue de la peinture antique avec des références à Pompéi, à la peinture de la Renaissance et à la peinture chinoise.

Le musée des Beaux-Arts présente une cinquantaine d'œuvres issues de collections diverses, et Carré d'art expose une autre cinquantaine de livres illustrés. Cette expo propose une réflexion approfondie sur la relation de Jean Hugo au livre. Une vue d’ensemble de sa production et de son insertion au sein d’une œuvre multiforme ; l’illustration des auteurs étrangers dont l'un des premiers récits de Stevenson écrit en 1878 (illustré en 1937) ; l’illustration d’auteurs français (Le cornet à dés de Max Jacob) ; l’illustration pour l’éditeur gardois Pierre-André  Benoit-PAB (Actes présumés de Saint Alban de Nant) ; les cinquante-deux livres illustrés pour PAB...

Infos pratiques au Musée des Beaux Arts du mardi au dimanche de 10h à 18h. Tarif plein à 5 euros, réduit à 3 euros. À Carré d'art, l'entrée est libre et gratuite.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité