ActualitésSociété

NÎMES Le train reliant Perpignan-Rungis arrêté à Courbessac jusqu’au 1er novembre

À gauche, Vincent Bouget,, secrétaire départemental du PCF et Jean-Luc Gibelin, vice-président de l'Occitanie délégué aux transports (Photo DR)

Le train des primeurs reliant chaque jour Perpignan à Rungis a été mis à l'arrêt. Il est entreposé à la gare de triage de Courbessac à Nîmes, jusqu'au 1er novembre. Si tout se passe comme prévu. 

Depuis le début de la semaine, 70 wagons du train des primeurs ont pris place à la gare de triage de Nîmes. Ce train de marchandises part chaque jour de Perpignan pour desservir le marché de Rungis (Val-de-Marne) de produits venus d'Espagne et du sud de la France. Jugé pas assez rentable, la ligne a été supprimée durant cette saison basse de juillet à Novembre.

"Ce train monte à plein mais redescend quasiment à vide", explique Vincent Bouget. Le secrétaire départemental du PCF Gard s'est rendu sur site jeudi après-midi en compagnie de Jean-Luc Gibelin, vice-président de la Région Occitanie. Ce dernier est venu s'assurer que le train était bien sur place et a rappelé que, "la Région était attaché au fret et qu'elle souhaitait que ce train d'utilité publique reprenne du service." Si ce trajet en transport ferroviaire venait à disparaître, il faudrait 25 000 camions par an pour le remplacer.

"Nous défendons le fret car l'impact écologique est important", poursuit Vincent Bouget. Des représentants politiques communistes où figuraient également Denis Lanoy et Sylvette Fayet, qui ont reçu la garantie de la part de la SNCF que le train reprendra du service le 1er novembre. Une décision que l'État doit encore officialiser. Des réunions sont prévues pour finaliser cette date de reprise.

En attendant, les wagons vont rester garés à Courbessac et pourront être révisés afin d'être prêt techniquement pour repartir à l'automne. "C'est un vieux matériel mais qui peut encore rouler deux ans", affirme le secrétaire général du PCF gardois. Des élus communistes surpris au départ de voir ce train débarquer à Nîmes alors que son trajet quotidien s'effectue du côté de Bordeaux et qui craignaient un possible démantèlement. Une situation qui a également motivé la visite du vice-président Jean-Luc Gibelin qui espère voir le trafic reprendre au 1er novembre.

Etiquette

2 réactions sur “NÎMES Le train reliant Perpignan-Rungis arrêté à Courbessac jusqu’au 1er novembre”

  1. Qu’en termes choisis ces choses là sont dites :  » Ils ont reçu la garantie de la part de la SNCF que le train reprendra du service le 1er novembre. Une décision que l’État doit encore officialiser. Des réunions sont prévues pour finaliser cette date de reprise. » Comment peut-on garantir des décisions qui ne sont pas encore prises et qui seront décidées par d’autres ? En clair le train est stationné là pour un bon bout de temps et certainement en attendant son démantèlement..

  2. bonjour
    je m’adresse pas à Martin , j’ai lu son commentaire , moi je pense que encore une fois , on se fout du monde : les promesses de Elisabeth Borne sont comme celles des autres
    on se moque de nous , avec l’écologie , la pollution etc..
    la sécurité routière , c’est sur que la SNCF ne pourra pas lutter contre les camions ( surtout conduit par des turcs ou roumains ) on pourra plus lutter contre les pommes du Chili etc.. l’ail d’Egypte ;
    et toutes ces choses vont prendre la route ?? enfin l’autoroute avec le trafic énorme qu’il y a déjà et les routes nationales impraticables ??
    un exemple là = http://rn113.canalblog.com/archives/2019/07/16/37502697.html
    jean-jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité