ActualitésEconomie

VENDREDI GOURMAND La Clairette, un incontournable

Rudy, nous a fait découvrir la Clairette de Bellegarde (photo Franck Chevallier / Objectif Gard)

Cette année la Clairette de Bellegarde a célébré son 70e anniversaire. Un vin ancien avec une production confidentielle qu'il faut découvrir. C'est donc, à Bellegarde bien sûr et dans la cave des vignerons créateurs que nous sommes allés à la rencontre de cette Clairette.

Les connaisseurs lui trouvent une robe jaune vif dans sa jeunesse, avec parfois des reflets verts et des notes florales et d'amande. En bouche la Clairette est bien équilibrée entre rondeur et amertume. Elle est conseillée en apéritif bien sûr, mais aussi avec des coquillages, des poissons des crustacés, du fromage... Les accords mets vins sont nombreux.

On la trouve à l’extrême sud-est des Côtes-du-Rhône méridional qui bordent les vignobles de l’AOC Costières-de-Nîmes. Ce vignoble, réparti entre une poignée d'irréductibles producteurs, est divisé en petites parcelles entre Beaucaire et Saint-Gilles. Sur place le microclimat est particulièrement chaud et sec, avec un mistral bien présent.

L’AOC Clairette de Bellegarde produit un vin blanc sec issu de la seule Clairette. Un cépage qui à la réputation d'être bien adapté au terroir, mais aussi à la sécheresse tout en étant peu sensible aux maladies. De quoi encourager des jeunes vignerons à s'y intéresser de plus en plus.

La Clairette est en bonne place dans la cave (photo Franck Chevallier / Objectif Gard)

Dans l'espace de vente, tout récemment refait à neuf, de la cave coopérative des Vignerons Créateurs à Bellegarde, la Clairette est en bonne place. Derrière le comptoir Rudy la connaît bien. Il présente tout d'abord la Clairette sérigraphiée : « C'est le produit que l'on vend le plus. La bouteille est particulièrement belle les clients vont l’offrir ».

Il s'agit d'un vin que l'on peut garder 1 à 2 ans et à servir frais. « Il est élaboré après une vendange nocturne ». La seconde bouteille proposée se nomme Terracaillou. « Il s'agit d'un vin biologique qui plaît bien aux amateurs. Son label bio mais aussi la médaille d'or aux concours général agricole de Paris en 2018 sont des gages de qualité », explique Rudy. Il la conseille avec des huîtres, une marmite du pécheur ou encore des asperges en mousseline. La dernière bouteille proposée est plus élitiste, il s'agit de Clairetissime.

À la dégustation, on trouve des notes d'agrumes, des touches de noisettes. « On peut le garder 10 ans et il faut le déguster sur un désert ou un plateau de fromages affinés ». Une cuvée élevée pendant 11 mois pour une production de seulement 900 bouteilles !

Un vin ancien qu'il faut découvrir (photo Franck Chevallier / Objectif Gard)

Après la visite de la cave et les explications de Rudy, la Clairette donne envie de continuer à être découverte. C'est vraiment un vin présent depuis toujours ou presque, mais mal connu. Une vraie belle surprise à boire. Pour cela, les vignerons créateurs sont aussi présents à Jonquières-Saint-Vincent, Saint-Gilles et Bouillargues.

La clairette est exclusivement un vin blanc alors pour les amateurs de vins rouges... locaux, Rudy va vous proposer de découvrir le Gara de Paille. Un syrah qui vient de Bouillargues, à boire à 18°, avec des viandes en sauce par exemple.

Franck Chevallier

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité