Culture

BAGNOLS Albert André, conservateur précurseur à l’honneur

L'exposition est à découvrir jusqu'au 29 mars au musée Albert-André de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le peintre post-impressionniste Albert André a aussi été le conservateur du musée qui porte aujourd’hui son nom à Bagnols. Il en a d’ailleurs fait le premier musée public d’art contemporain de province, il y a cent ans.

150 ans après sa naissance, Albert André est au coeur d’une exposition-dossier au musée, inaugurée à la faveur des Journées européennes du patrimoine, samedi. Car si Albert André, grand ami de Renoir ayant des attaches à Laudun, est « un grand artiste trop méconnu, mais qui a marqué son temps », souligne la directrice de la Conservation départementale Béatrice Roche, il est aussi un grand conservateur.

Albert André est nommé conservateur du musée de Bagnols en 1917. Il s’agit alors d’un musée encyclopédique un peu poussiéreux. Le peintre, qui compte de nombreux amis parmi ses semblables, décide en 1919 de faire entrer des peintures contemporaines au musée, en faisant le premier musée public d’art contemporain de province, avant celui de Grenoble. Cinq ans plus tard, la nuit du 23 novembre 1924, le musée est partiellement détruit par un incendie provoqué, ironie du sort, par les pompiers. Les soldats du feu fêtaient la Sainte-Barbe dans leur local de hôtel de ville et avaient allumé un feu dans leur cheminée qui, mal entretenue, a mis le feu aux étages supérieurs.

L'exposition est à découvrir jusqu'au 29 mars au musée Albert-André de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

De nombreuses peintures anciennes sont alors détruites. C’est cet épisode qui fera du musée de Bagnols définitivement un musée d’art contemporain, une fois qu’Albert André remplacera les oeuvres détruites par des nouvelles. « Il est le premier à faire rentrer dans un musée public des oeuvres d’artistes vivants, et il va faire école », ajoute Béatrice Roche.

L’exposition propose de nombreuses archives, comme ces catalogues annotés par Albert André et son ami le Dr Arène, qui datent de la seconde guerre mondiale. On y retrouve, à l’aide des lettres « L » et « B », les lieux des caches des tableaux du musée : à Laudun ou à Bagnols. Le plan des travaux du musée après l’incendie, ainsi qu’une lettre d’Albert André précisant les modalités de ces travaux sont exposés. Par ailleurs, 16 oeuvres du parcours permanent acquises par Albert André sont mises en avant, notamment les sculptures de Rodin. « Albert André a sollicité le conservateur du musée Rodin, qui a donné une oeuvre au musée de Bagnols en souvenir de sa nourrice bagnolaise », raconte l’adjointe à la directrice de la Conservation départementale Fanny Charton.

L'exposition est à découvrir jusqu'au 29 mars au musée Albert-André de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Autant de pièces et d’anecdotes à découvrir jusqu’au 29 mars au musée Albert-André de Bagnols, dans la salle ordinairement dévolue au peintre, entrée libre et gratuite du mardi au dimanche de 10 heures à midi et de 14 heures à 18 heures. Les tableaux habituellement exposés à Bagnols sont aux Archives départementales, à Nîmes, pour une grande exposition événement qui présentera 170 tableaux et dessins dont dix oeuvres d’Auguste Renoir. Cette exposition sera à découvrir du 11 octobre au 29 mars à Nîmes.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité