Faits Divers

GARD Condamné à 3 ans et demi de prison, le violeur en série Luc Tangorre ne fait pas appel

Il avait clamé son innocence devant le tribunal correctionnel de Nîmes le 12 septembre dernier.

©PHOTOPQR/MaxPPP

Luc Tangorre vient de renoncer à faire appel de sa condamnation récente devant le tribunal correctionnel de Nîmes.

Il n'y aura donc pas de nouveau procès concernant des "agressions sexuelles et atteintes sexuelles" sur des fillettes, des abus sexuels survenus pendant les vacances d'été au Grau-du-Roi. Il a écopé devant la juridiction pénale présidée par Jean-Pierre Bandiera de 3 ans et demi de prison. La sanction est aujourd'hui définitive.

Un mandat de dépôt a été décerné à son encontre lors de l'audience qui s'est tenue il y a une dizaine de jours, ainsi que l'interdiction de paraître dans le Gard pendant 5 ans, et l'interdiction des droits civiques et civils. Luc Tangorre, avait déjà condamné à deux reprises par les assises dans les années 80 et 90. Il était surnommé le violeur des quartiers sud de Marseille. Il était défendu à Nîmes par maître Marc Roux, et Me Roksana Naserzadeh.

 

 

 

 

 

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

1 commentaire sur “GARD Condamné à 3 ans et demi de prison, le violeur en série Luc Tangorre ne fait pas appel”

  1. Il ne fait pas appel et c’est pourtant une redoutable erreur judiciaire (la république des ombres). C’est ce qu’on appelle avoir des avocats engagés et combatifs qui donnent de bons conseils et sont efficaces.

Répondre à Delino Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité