A la uneActualitésSociété

NÎMES Une « Capsule » exclusive et intemporelle

(Photo Anthony Maurin).

La maison de couture nîmoise Capelier lance une nouvelle collection disponible jusqu'au 18 octobre.

La Maison Capelier vous attend au 14 rue Jeanne d'Arc (Photo Anthony Maurin).

Incarnée par Nathanaël et Clémentine, la maison Capelierva vous surprendre en vous présentant sa collection Capsule faites de huit modèles maximum allant du XS au XL. Voici la Capsule spéciale tailleur.

C'est une scop (société coopérative et participative) de deux personnes, de deux amoureux, de deux créateurs et de deux entrepreneurs. Nathanaël Capelier a épousé Clémentine. Elle est parisienne et forme avec lui un duo à la ville comme au podium. " J'ai un cursus dans la haute couture au sein des grandes maisons parisiennes. Ma spécialité c'était... de ne pas en avoir. Je participais à tout le processus. Je m'occupais des grandes pièces ", raconte le mari Capelier. Quant à sa femme Clémentine, " j'étais à Paris. J'ai beaucoup voyagé à Bruxelles, Barcelone, en Australie... J'ai été dans le graphisme puis la restauration de luxe. Formée à la bureaucratie et à l'administratif, cela a complété mon cursus ", explique-t-elle.

Retour à la source

Si Nathanaël était de la région, le couple a choisi d'y revenir. " Nîmes a été très accueillante pour nous !, lance sincèrement le couple. Nous avons ouvert la maison en 2014 pour nous spécialiser dans les robes de mariées, de soirées, de cocktails. Nous avons développé de nombreuses choses et nous avons habillé une trentaine de personnes pour un mariage princier en Arabie Saoudite. Nous nous sommes épuisés dans ce travail alors nous avons souhaité lancer notre marque de prêt-à-porter car nous ne pouvions plus vivre dans cet état d'esprit "too much". "

Clémentine et Nathanaël (Photo Anthony Maurin).

Une nouvelle direction, un retour aux sources plutôt. Pourquoi faire des vêtements ? Telle était la question première du binôme. Leurs valeurs étaient souillées par leur succès, les demandes insensées des clients et les allers-retours incessants en avion pour quelques minutes d'essayage...

" Nous voulons vraiment habiller les femmes. Nos vêtements sont faits pour donner de la confiance, de la force, du confort et du bonheur. Le vêtement influence le comportement, y compris les matières qu'on y injecte et la manière de le concevoir ", ajoutent Nathanaël et Clémentine

" Les Nîmoises ont soif de nouveautés. Elles vont voir les grandes enseignes mais s'habillent de la même manière ! Les Nîmoises sont fières, ont le port de tête méditerranéen et sont orgueilleuses. Pour elles, nous suivons les saisons et adaptons nos vêtements ", rassure la jeune femme.

Ici, on prend les mesures (Photo Anthony Maurin).

Fabriquées à moins d'une heure de Nîmes, du côté d'Avignon, les tenues sont faites non pas sur-mesure comme c'est le cas pour d'autres articles de la maison mais en demi-mesure. Pré-commande, essayage, retouche... Tout le processus des petites séries. Les matières premières ? De la laine anglaise, de la soie italienne, du coton espagnol et des doublures en soie lyonnaise. " C'est important de revenir à l'essentiel ! Nous nous alignons sur les enseignes connues et reconnues, du haut de gamme mais nos prix sont plus accessibles ", affirme Clémentine. Pour cette collection comptez entre 220 euros et 600 euros.

Le nouveau luxe

Le luxe, pour ce couple, ce sont les choses simples et efficaces. La beauté d'un tissu naturel retrouvé car perdu il y a plus de 100 ans, la technique et sa pureté, embuée par les technologies modernes, que l'on rehausse avec plaisir. Un luxe, finalement, pas si facile que cela à trouver.

Conscients des changements du monde, les époux Capelier adaptent simplement leur vie professionnelle à ce qu'il font dans leur vie personnelle. Exemple, depuis cinq ans, toutes les chutes des tissus sont données au entre hospitalier local afin d'aider les ateliers créatifs et de rééducation de la structure.

Quelques pièces de la collection Capsule (Photo Anthony Maurin).

Inspirée des costumes traditionnels classiques français et asiatiques, de l'architecture de certains aéroports ou des voitures de course, la collection Capsule explose et implose les codes pour retrouver des coupes parfaites que l'on peut porter avec des talons aiguilles ou des baskets. " Nos clientes doivent simplement s'approprier nos vêtements. Nous ne faisons pas de la mode, nous voulons des habits que l'on porte au quotidien, pas ceux que l'on ne sort jamais des armoires ! ", insiste Nathanaël Capelier.

Avant de trouver le bon atelier pour confectionner ses collections, la maison Capelier a dû essayer six sociétés partout en Europe. Féminité et force, le vêtement porté doit apporter quelque chose en plus quand on le passe. Une boutique en ligne a été ouverte la semaine dernière et le succès est au rendez-vous. Messieurs, ne soyez pas jaloux car une petite collection devrait sortir et vous être entièrement dédiée.

Une partie de l'atelier de la rue Jeanne d'Arc (Photo Anthony Maurin).

" Nous ne faisons pas de défilés car les clientes voient bien le vêtements mais ne peuvent pas les essayer... Ici, on sonne ou on prend rendez-vous et les essayages sont essentiels et très personnalisés. Nous cassons les a priori. Tout le monde, toutes les tailles peuvent entrer dans notre boucle. Nous avons tout étudié, nous adaptons, nous ne bidouillons pas ! Nous aimons toutes les femmes ", conclut de belle manière Clémentine.

Une prochaine collection devrait voir le jour pour les fêtes de fin d’année et sera axée sur les vêtements de fête et les cadeaux à offrir. Une collection blanche (mars) verra quant à elle des tissus tels que le coton, le lin, le chanvre, et la soie (pour l’été ainsi que  des robes de mariées civile et/ou religieux à moindre coût que le sur-mesure). Enfin, la collection cocktail couleur (mai) travaillera sur la couleur pour l’été et les tenues pour les mariages.

Jeudi 3 octobre prochain, un apéritif-essayage sera organisé au 14 rue Jeanne d'Arc à Nîmes, directement à la maison Capelier. Tel : +33 9 83 47 00 05 ou +33 6 06 84 14 60.

(Photo Anthony Maurin).

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité