ActualitésSociété

NÎMES Pissevin poursuit son changement de vie

La galerie Richard Wagner et la place Debussy (Photo Archives Anthony Maurin).

La Ville a confié à la SPL Agate une concession d’aménagement ayant pour objectif une opération de revitalisation de l’ensemble des copropriétés de la Galerie Richard Wagner située dans le quartier Pissevin.

Pour rappel, les missions confiées à la SPL Agate au titre de cette concession portent sur l’acquisition de logements et de cellules commerciales dans les copropriétés de la Galerie Richard Wagner. Les objectifs sont les suivants. Pour les Angloros 1, 2, 3, et 4 l’objectif est d’acquérir les 40 logements existants qui seront destinés à la démolition ainsi que les locaux commerciaux situés en pieds d’immeubles.

« C’est un projet très important ! » affirme le maire Jean-Paul Fournier. « La gauche n’a pas l’air de s’intéresser à l’ANRU, elle discute ! » lance Laurent Burgoa, adjoint en charge du dossier. « La galerie Wagner va enfin pouvoir se libérer et nous verrons très rapidement les travaux avancer ! » rajoute Jean-Paul Fournier.

Des travaux… bientôt

Pour les quatre grandes copropriétés que sont La Garrigado, Lou Ferigoulier, Li Bécarut et Lou Piboulo, il s’agira pour l’essentiel d’un portage de 40 logements acquis à titre transitoire en vue de favoriser le redressement des copropriétés, et de l’acquisition des locaux d’activités et de commerces situés en pieds d’immeubles des copropriétés et de leurs abords.

Par ailleurs, afin de permettre la mise en œuvre d’une restructuration cohérente de l’offre commerciale sur ce secteur, la Ville a approuvé par délibération du Conseil Municipal du 04 Juillet 2015 un avenant n°1 à cette concession portant extension du périmètre de la concession afin d’y intégrer, en complément de la galerie Richard Wagner, le centre commercial « Trait d’Union » situé à proximité immédiate.

« J’en profite pour dire les inquiétudes des commerçants concernant la galerie. Où en sommes-nous des négociations ? » demande Christian Bastid, élu de l’opposition de gauche. Et Laurent Burgoa de répondre, « Une rencontre a été organisé avec les commerçants qui n’ont pas signé avec la SPL Agate. La juge est une ancienne juge d’instruction qui a déjà vue quelques têtes qu’elle connaissait… Des projets devraient être lancés dès décembre prochain. Nous allons réaliser ces deux complexes commerciaux et de logements pour y transférer ceux de l’actuelle galerie Wagner. »

Un travail de longue durée

Considérant que la durée initiale de la concession portant jusqu’au 31 octobre 2022, ne permettait pas à la SPL Agate de mener à bien l’ensemble de ses missions, une délibération a été approuvée au Conseil Municipal du 29 septembre 2018 afin de proroger ladite concession pour une durée de six ans supplémentaires, portant ainsi le terme de celle-ci au 31 octobre 2028.

La Ville, dans le cadre de la réalisation du projet de renouvellement urbain des quartiers Pissevin Valdegour, et notamment pour conduire les actions inscrites dans la future convention NPNRU concernant la centralité Kennedy/Debussy/Puccini a souhaité étendre à nouveau le périmètre d’intervention de son concessionnaire et les contours de ses missions. Le montant total cumulé des dépenses au 31 décembre 2018 est de 6 068 513 euros HT, l’ensemble des dépenses réalisées pour l’année 2018 s’élevant à 1 708 878 euros HT.

(Photo d'illustration Archives Anthony Maurin).

Autre délibération, les copropriétés de la Galerie R. Wagner cumulent de nombreux dysfonctionnements et les années 2000 ont marqué un tournant dans la situation de ces copropriétés et l’observation d’une spirale de dégradation croissante.  « C’est une délibération symbolique mais importante. Nous sommes attentifs à l’insalubrité. La CAF enlèvera son APL aux copropriétaires sur Wagner » avertit Laurent Burgoa.

Plus aucun logements insalubres

Depuis 2017, le plan de sauvegarde est un dispositif d’intervention pour traiter les copropriétés les plus en difficultés. Lou Piboulo, Lou Férigoulier, Li Bécarut, La Garrigado, Angloros 1 à 4 sont les principales visées.

Dans le cadre du Plan de Sauvegarde de ces copropriétés, la mise en œuvre d'une nouvelle procédure requiert un partenariat entre la ville de Nîmes, maître d’ouvrage de ce dispositif, et la Caisse d’Allocations Familiales du Gard ainsi qu’une habilitation pour la vérification des critères de décence des logements et la réalisation des constats sur l’état des logements dont les occupants bénéficient d’une aide au logement versée par la CAF.

L'opérateur procédera à présent au repérage et à la visite des logements indignes ou indécents dans le respect de cette réglementation. Chaque visite fait l’objet d’un rapport circonstancié et détaillé qu’il transmettra à la CAF, au propriétaire et au locataire.

La Caisse d’Allocations Familiales du Gard procédera à la conservation de l’allocation logement du dossier concerné. La levée de cette conservation ne pourra être effectuée qu’après visite de l’opérateur, une fois les travaux réalisés par le bailleur et à réception par la CAF, du constat attestant de la décence du logement. Ce partenariat doit permettre de disposer d’un levier supplémentaire dans le cadre de la lutte contre l’habitat indigne.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité