A la uneActualitésEconomie

GRAND AVIGNON Le programme d’accélération des entreprises « Tech the futur » de retour

Organisateurs et partenaires de "Tech the futur" (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le programme Tech the futur, porté par l’IMT Mines Alès, plus connue sous le nom d’école des Mines, revient sur le territoire du Grand Avignon pour une deuxième édition. L’appel à projet a été lancé ce mercredi.

Après le « succès », selon le terme choisi par le vice-président du Grand Avignon, Xavier Belleville, de la première édition il y a un an, le programme d’accélération des PME et start-up industrielles et technologiques est de retour. Le principe reste le même : un week-end d’accélération assuré par les étudiants de l’IMT Mines Alès et ses partenaires qui se tiendra les 11 et 12 janvier : Avignon université, le pôle de compétitivité Terralia-Pass, l’agence Visionari, Orano ou encore la CCI de Vaucluse. Le tout destiné aux PME ou start-up du domaine du numérique, du bien-être, de la cosmétique, du développement durable, ou encore de l’agro-alimentaire.

« L’objectif est de transmettre aux différents territoires et porteurs de projet un concentré des savoir-faire de l’école, explique Astrid Southon, directrice du développement économique à l’IMT Mines Alès. L’idée est de monter un programme gagnant-gagnant, où les entreprises bénéficient des savoir-faire des étudiants et où les étudiants peuvent se former grâce au contact avec les entreprises et les différents intervenants. »

Un modèle qui a fait ses preuves, puisque depuis 2017, il s’agit du dixième Tech the futur en Occitanie et en région Sud PACA. « Le mois dernier nous l’avons lancé à Nice », abonde Astrid Southon. « Et le programme est soutenu par l’Institut Mines Télécom au niveau national, il est amené à se développer », ajoute-t-elle.

Il ne s’agit pas cependant d’un projet 100 % Mines puisqu’il est ouvert à des étudiants de tous horizons. Ainsi, ceux de l’université d’Avignon sont appelés à s’y joindre, mais pas seulement. Ainsi, l’année dernière, des étudiants de STAPS ont joué le jeu. De toutes façons, les étudiants seront mélangés lors du week-end d’accélération qui verra une dizaine de projets être... accélérés.

Trois élèves ingénieurs en appui

Lors de ce fameux week-end, des coachs venus du monde de l’entreprise seront aussi présents. Cet aréopage permettra d’aboutir, le dimanche, à une fiche projet. Puis les porteurs de projet présenteront leur projet à un jury externe qui en sélectionnera trois. En théorie en tout cas. En effet, l’année dernière, le jury n’a pas réussi à tomber en dessous de quatre. Ces lauréats bénéficient d’un accompagnement prolongé. « Nous leur mettons à disposition trois élèves ingénieurs pendant cinq semaines pour développer leur projet », précise Astrid Southon. Bref, « c’est un outil pour l’entrepreneur », résume Pierre Alzingre, de l’agence Visionari, partenaire de l’opération.

Un principe simple et efficace qui séduit ses partenaires, comme Orano. Le géant du nucléaire entre dans la danse, car « nous avons besoin de nouvelles idées et de regards neufs, affirme Marie Brunel, de la communication d’orano Melox, à Marcoule. Le marché du nucléaire est en pleine mutation, nous nous devons d’être encore plus précurseur pour rester compétitifs. » Du côté d’Avignon université, « notre participation s’inscrit dans notre dynamique globale d’aide et d’accompagnement à l’innovation », notera son vice-président, Philippe Obert.

Quant au pôle de compétitivité Terralia-Pass, dédié aux filières de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la cosmétique, l’idée est de « renforcer les synergies entre les acteurs », rappellera son directeur général, Gilles Fayard. Le pôle de compétitivité, spécialisé dans l’innovation, compte également « aider à aller chercher des entreprises, des projets et quelques mentors. » Enfin, la CCI de Vaucluse fera de la prospection chez les entreprises potentiellement intéressées.

Au final, un projet bien ficelé, qui cherche donc des entreprises, des projets et des étudiants. L’appel à projets est à retrouver ici. Il est ouvert jusqu’au 21 décembre.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité