A la uneActualitésCultureSociété

NÎMES Sarah-Cheyenne l’engagée gagne et compte mettre en valeur sa ville

Sarah-Cheyenne Santoni (Photo Romain Charousset).

Sarah-Cheyenne, vous connaissez ? Santoni de son patronyme. Bref, si vous ne la connaissez pas encore, elle sera pour vous et très prochainement une tête connue de la cité des Antonin.

Après "Ensemble" et sa leçon de vie, Sarah-Cheyenne a de nouveaux projets... " Ensemble, mon premier court-métrage, sera diffusé d'ici la fin de l'année dans l'émission Libre Court sur France 3", annonce la comédienne-réalisatrice. Pour une première, ce fut une réussite.

Avec plus de mille votes, les Nîmois ont soutenu la petite mascotte cinématographique de leur ville. " J'ai remporté le prix spécial du jury. Nous sommes donc quatre gagnants, les trois premiers et moi-même. Ça m'a motivée pour en écrire un deuxième qui ira au Nikon Film Festival. Tout sera tourné à Nîmes car je voulais tourner dans ma ville, assure Sarah-Cheyenne Santoni. J'ai fait une demande à la faculté pour tourner sur le site Hoche car je le trouve sublime. Ça a été accordé donc ça me fait extrêmement plaisir. Le lieu est incroyable et comme Nîmes a un paysage cinématographique qu'il faut exploiter, je m'en donne à cœur joie ! "

Un nouveau film engagé

"Je suis un choix" sera le titre de sa nouveauté adaptée au festival Nikon. D'un format de 2'20'', Sarah prendra le temps de tourner plus pour mettre des images en boite. " Nîmes à cette période, sera magnifique ! Je profiterai de la grande roue, de la patinoire, des illuminations... J'utiliserai tout cela pour un format plus élargi (5 minutes, NDLR) du court-métrage. Mon équipe est majoritairement féminine. Il y a des amatrices mais aussi des pros qui tournent dans plusieurs séries comme "Un si grand soleil" ou encore "Tandem", explique Sarah-Cheyenne qui stresse un peu mais qui sait qu'elle pourra compter sur sa belle équipe. Certaines sont en prépa cinéma à Saint-Stanislas mais ce que je préfère, c'est faire se rencontrer deux univers. On m'a donné ma chance, je fais de même. Avec la passion, la transmission est toujours meilleure. On apprend toujours mieux sur le terrain. "

Le film sera tourné les 14 et 15 décembre avec le 14, à 17h sur le site Unîmes Hoche, l'attente de nombreux figurants bénévoles pour l'aider dans ses prises de vues (inscription conseillée, c'est par ici). Le matériel, qui sera mis à disposition par les Nîmois d'Images-Photo rue Régale, sera top. " On est très contents. On va s'amuser avec les clés de la voiture de papa ! ", se réjouit déjà la cinéaste. Kappa va fournir un costume et la boutique Paloma, toujours rue Régale se prête elle aussi au jeu. Le Lions Club de Sommières Vidourle Vaunage a quant à lui généreusement mis la main à la poche.

Sarah-Cheyenne Santoni (Photo Axelle Cassini)

"Je suis un choix" parlera du quotidien d'une jeune-fille de 17 ans, Jeanne, qui vit au lycée une sorte d'harcèlement scolaire et virtuel venant d'un garçon, Hugo, qui lui envoie des textos lui disant quoi faire. Un soir, elle reste chez elle et prend une décision mais quel sera son choix ? Pour le connaître il faudra voir le film. " Jeanne fait partie des étudiants pour qui aller au lycée est une marche vers l'enfer. En 2018, 700 000 étudiants étaient victimes de harcèlement scolaire. "

Une belle équipe au rendez-vous

18 personnes seront sur le plateau, contre quatre pour son premier court-métrage, "Ensemble". Le projet mûrit, grandit et le jour J approche à grands pas. "Nous sommes attendus au tournant mais c'est un film engagé, comme le premier. Je ne jouerai pas Jeanne car j'ai voulu être derrière la caméra. J'ai vu 40 filles entre Paris et Montpellier pour ce rôle et j'ai eu du mal à choisir... Pour Hugo, le harceleur, c'est Théo Gerey, qui est au cours Florent à Montpellie,r qui devrait l'incarner. La proviseure du Lycée sera jouée par Marion Stamegna. Je vais essayer monter le film dans la foulée du tournage pour qu'il soit prêt en fin d'année ou en janvier. J'aimerais le projeter sur Nîmes. On verra ! ", conclut Sarah-Cheyenne qui n'oublie pas de préciser que la deuxième édition du Festival Nîmes en Court est sur de bons rails.

Il aura lieu du 15 au 18 avril 2020 alors si vous souhaitez y participer en présentant un film, les inscriptions seront ouvertes du 1er décembre au 1er mars. La marraine sera Marilyn Lima. Deux catégories seront distinctes, la scolaire et la professionnelle avec chacune des règles différentes. Un concours photos sera aussi organisé.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité