A la uneActualitésSociété

NÎMES Ensemble pour un court métrage et une leçon de vie

Sarah-Cheyenne, devant mais aussi derrière la caméra (Photo DR).

Le cinéma fait partie de la vie des Français depuis la fin du XIXème siècle et son invention par nos compatriotes les frères Lumière. Nîmes n'a pas eu beaucoup de chance, mise à part l'escapade de François Truffaut avec Bernadette Lafont dans Les Mistons, le cinéma n'a jamais réellement investi les rue de la ville.

Avec la nouvelle génération et les envies professionnelles qui lui sont attachées, le septième art prend peu à peu sa place dans le paysage culturel local. " À ton court " est un concours organisé par France 3 et franchement, n'hésitez pas à voter pour Ensemble, le film d'une Nîmoise que certains d'entre vous connaissent déjà bien, Sarah-Cheyenne Santoni. Elle tourne dans la série Tandem mais a également d'autres projets très intéressants à venir.

Tous égaux ?

" J'ai vu passer une annonce sur Facebook alors que j'étais en tournage. Un soir, j'ai trouvé une idée de film qui parle d'une jeune femme enceinte qui veut se faire avorter. Il fallait que le film dure moins de cinq minutes, c'était une contrainte " explique Sarah. " On pourrait penser que ce moment est difficile à vivre, il l'est certainement. Quand le gynécologue lui explique la procédure, on comprend que Lou, c'est le prénom de la jeune fille, n'est pas toute seule dans cette affaire. L'essentiel, c'est l'égalité. Nous devons être tous égaux, les hommes entre eux, les femmes entre elles mais aussi les hommes et les femmes ensemble, c'était le thème du concours mais sur l'avortement, la femme choisit mais l'homme est lui aussi impliqué. "

Lou, pas tout à fait seule dans la bataille... (Photo DR).

180 courts métrages ont été envoyé pour le concours. Une seule catégorie et pour cette première derrière la caméra, Sarah-Cheyenne a eu la surprise d'être qualifiée. " On a eu les résultats le 5 août et ils m'ont fait confiance même si la forme d'égalité dont je parle est dure à comprendre... Je fais partie de la sélection des 30 derniers films, je suis très contente d'y être car c'est une très belle sélection. Dans mon court métrage, on passe d'un format en 4/3 au 16/9, synonyme d'ouverture de l'horizon. J'adore Xavier Dolan, c'est mon maître et il aime casser les barrières. Je le fais avec le fondu enchaîné " poursuit l'actrice devenue aussi réalisatrice.

Prendre des positions et les assumer

En partance pour des vacances bien méritées au Canada, fan de l'univers Harry Potter et forcément de la jeune Emma Watson qui se bat de manière très ouverte et générale pour les droits humains, Sarah-Cheyenne est de cette trempe là, une de celles qui ne se laissent pas faire. " Si moi, à 23 ans, je ne fais pas ça, d'autres le feront avec des moyens différents mais je me suis inspirée du cinéma d'auteur, d'une photographie simplement réaliste, de Pedro Almodovar..."

Dans ce bateau pas tout à fait ivre, Sarah-Cheyenne s'est bien entourée. " Axelle Cassini est plus jeune que moi mais elle a beaucoup de volonté et elle a l’œil. Elle est en prépa cinéma à Saint-Sta. Romain Debouchaud, joue aussi avec moi dans Tandem, Roman Karol, Romain Charousset nous assistait en tout, ma maman était à la cantine... C'était ma première équipe en tant que réalisatrice et Johanne Rivollier, qui était à la fac avec moi, m'a beaucoup aidée. La boutique " Bonjour " a habillé nos acteurs, nous avons utilisé les locaux d'Humanphysio... Je peux dire que notre équipe a une touche Nouvelle Vague non négligeable !  "

Le format de l'image change au fil des aventures de Lou (Photo DR).

Le tournage fut quelque peu épique. Réalisé avec les moyens du bord, sans trop de moyens donc, ce petit film et son tournage sont des leçons de vie. " Nous avons pris la caméra du papa d'Axelle, c'était comme notre bébé, il ne fallait surtout pas l'abîmer ! Nous avons tourné dans le TCSP (T1), on a rencontré des passants nîmois, on a discuté, ils sont dans le champ de la caméra et c'était vraiment une bonne expérience. Nous avons tourné sur 24 heures, toujours en lumière naturelle. Je n'ai pas peur de demander alors nous sommes allés sur la Place d'Assas, à la Maison Carrée, aux Jardins de la Fontaine car je voulais vraiment tourner à Nîmes. En tout cas, je voulais faire voir autre chose de Nîmes, pas forcément les gladiateurs car à cette époque, où étaient les femmes ? "

Nîmes en prime et doublage animé ?

Sarah-Cheyenne, en plus de passer à la télévision, oeuvre beaucoup pour le cinéma, notamment à Nîmes où le septième art manque cruellement d'émulation. Elle a créé, cette année, le premier festival de court métrage de la cité des Antonin avec Nîmes en court. " Nous le referons en 2019 et nous garderons le thème de l'adolescence. " annonce la jeune comédienne et réalisatrice qui va partir en tournage pour Tandem (saison 4) à la fin du mois d'octobre. " Actuellement j'écris un court métrage que je tournerai à Uzès et dans les environs certainement l'été prochain. J'ai grandi et j'ai habité pendant trois ans sur le site même du Pont du Gard, il s'y est passé beaucoup de choses pour moi et j'ai des trucs à dire. Je cherche un producteur mais tout devrait bien se passer " brosse la jeune femme.

Pour Ensemble, la fin des votes est prévue pour le 15 octobre sur le site Internet. Les 15 premiers films seront visionnés par un jury qui fera sa propre sélection. Ces courts métrages seront diffusés sur France 3 cet hiver. " J'ai envie d'écrire encore, je me suis mise en scène pour ce premier essai mais j'aime être derrière la caméra et diriger les acteurs. Je donne la chance à des jeunes qui n'ont pas d'expérience, je redonne cette chance que l'on m'a donnée alors que je n'étais pas connue mais que je voulais travaillé dans cet univers "

D'autres aspects de sa vie lui tiennent à cœur... " D'ici la fin de l'année je vais avoir de nouveaux projets. J'aimerais aussi faire des films d'époque et je vais commencer une formation au doublage car mon papa n'arrive pas à suivre les film en version originale alors je veux qu'il puisse entendre ma voix dans un autre film, par exemple dans un film d'animation où je donnerai vie à un personnage. Ça serait sympa ! " conclut la jeune fille pleine d'envie.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité