A la uneActualités

GARD La Veni Vici, quand la course à pied rencontre le patrimoine romain

Organisateurs et partenaires ont présenté la première édition de la Veni Vici, mardi soir au Pont du Gard (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La première édition de la course Veni Vici se tiendra le samedi 18 avril, et reliera Nîmes à Uzès en passant par le Pont du Gard, en remontant le tracé de l’aqueduc romain.

Une manifestation ambitieuse, portée par l’agence Yes We Run, qui organise déjà le Nîmes Urban Trail, en partenariat avec la Région, le Département et les villes de Nîmes et d’Uzès, qui se conçoit évidemment comme un événement sportif (le parcours le plus long fera 65 kilomètres, avec 1 350 mètres de dénivelé positif, « une montagne russe, un parcours très sélectif », commente le responsable du parcours, Pierre Toussaint, mais pas seulement. « La compétition n’est pour nous qu’un prétexte, admet sans détour le président de Yes We Run, Benoît Goiset. Nous cherchons avant tout à faire un événement populaire, convivial et sportif. »

Pour cette première, les organisateurs tablent sur un plancher de 3 000 participants. Et ce n’est qu’un début, l’objectif étant, selon Benoît Goiset, de « faire un événement sportif majeur en France, il a tout le potentiel pour d’inscrire dans le top 10 des courses de running du pays. » L’exemple vient de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et plus précisément du "Sainté-Lyon", qui rassemble 17 000 participants chaque année. Le tout dans un cadre autrement moins patrimonial que la future Veni Vici. « Ici nous avons Nîmes et sa romanité, le Pont du Gard et Uzès, une des plus belles villes de la région, et une histoire à raconter, celle de l’aqueduc », complète Benoît Goiset.

De quoi « proposer des expériences sportives qui sortent de l’ordinaire », ajoute le même, qui veut « cibler très large ». C’est la raison pour laquelle plusieurs épreuves seront proposées : outre la course complète de 65 kilomètres en solo ou en relais de deux au départ des Jardins de la Fontaine, on retrouve un parcours de 23 kilomètres reliant le Pont du Gard à Uzès avec 450 mètres de dénivelé positif et possibilité de marche nordique, un parcours solo de 12 kilomètres autour du Pont du Gard (280 mètres de dénivelé positif) et une balade gourmande de 13 kilomètres reliant Argilliers à Uzès. « Nous voulons que les participants viennent en famille passer quelques jours dans le Gard », commente Benoît Goiset.

C’est même tout le but pour les collectivités publiques partenaires : « Nous avons eu le Tour de France, nous travaillons sur l’Étoile de Bessèges. C’est au travers de ces manifestations que nous donnons l’image d’un département qui rayonne », note le président du Conseil départemental, Denis Bouad.

« Cette manifestation contribuera à l’attractivité du territoire, avec des retombées économiques, cela donne une image positive du territoire », renchérit le conseiller régional Fabrice Verdier. Un point de vue également partagé par le maire d’Uzès, Jean-Luc Chapon, et l’adjoint aux sports de la ville de Nîmes, Julien Plantier, qui voit dans la Veni Vici un événement « audacieux ». Côté retombées, Benoît Goiset chiffre à « 500 000 euros » l’impact économique potentiel pour le territoire de cette première édition de la Veni Vici. Les inscriptions ouvrent ce vendredi sur le site internet dédié à l’événement. Les prix seront connus à ce moment-là.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité