ActualitésSociété

TOROS Juan Bautista en appelle à la justice

Le candidat malheureux à la délégation de service public des arènes de Nîmes a déposé un recours.

En solo en 2014, ici Juan Bautista lors de sa corrida goyesque (Photo Archives Anthony Maurin).

On croyait l'affaire terminée le 14 décembre au soir, elle rebondit comme un ballon de rugby. Autant dire que le rugby et les toros font bon ménage mais la DSP de Nîmes va encore faire couler beaucoup d'encre. Et de salive...

" Il y a eu un long débat avant de choisir le candidat Casas qui est arrivé en tête avec 15 points de plus. Il peut et sait organiser des corridas. Il n'y a pas photo. Ce dossier a été amené à sortir, concluait Jean-Paul Fournier lors du dernier conseil municipal de l'année 2019 au cours duquel cette décision a été prise. La commission qui s'en occupait a vraiment travaillé et Casas était le meilleur candidat. Nous n'avons pas associé tout le monde. Moi-même je ne l'ai pas été. Il fallait prendre une décision, nous l'assumons. "

Les trois candidats à la délégation de service public (DSP) concernant la gestion de l’aspect tauromachie des arènes étaient le sortant Simon Casas Production France (SCP + Kika), Porte des Consuls (Ludi d’Arles), en la personne de l’ancien maestro Juan Bautista, et LDS Concept, avec le tandem Callet-Miletto.

La convention de délégation de service public relative à la gestion des activités tauromachiques aux arènes de Nîmes arrivait à échéance le 31 décembre dernier. La ville de Nîmes avait donc lancé une procédure de DSP pour la gestion desdites activités à compter de la saison 2020. C’est Simon Casas qui a été choisi mais Juan Bautista, le directeur des arènes d'Arles et candidat à celles de Nîmes n'est pas du même avis.

" Je ne peux pas dire grand chose car les avocats vont parler du dossier mais c'est un recours suspensif qui va passer en référé et qui est pré-contractuel. Il y a des zones d'ombre dans les décisions prises. Il faut éclairer tout ça " confirme Jean-Baptiste Jalabert, alias Juan Bautista.

Le duel a commencé, ici lors de son ultime corrida muleta en main, demain au tribunal administratif de Nîmes pour la DSP (Photo Anthony Maurin).

D'ici la fin du mois le tribunal administratif de Nîmes devrait s'intéresser de plus près à cette requête mais, à l'heure où sont écrites ces lignes (ce mardi 7 janvier à 17h), la date du référé n'est pas encore connue - elle devrait tomber dans les heures à venir. " On attend la date, les avocats et la mairie seront rapidement au courant. Je ne demande à la justice qu'une vérification des dossiers. Plusieurs choses ne sont pas claires, comme par exemple les raisons des deux mois supplémentaires de prolongation du concours... ", poursuit l'ancien maestro devenu empresa des arènes d'Arles.

Dans ce difficile choix, étaient pris en compte les critères suivants : qualité de la programmation et de l’organisation mise en place pour la réalisation des spectacles, pertinence de la grille tarifaire, cohérence du compte prévisionnel d’exploitation avec les engagements contractuels, pertinence des actions et outils de communication, promotion et soutien de la tauromachie, montant de la redevance variable… Le tout en garantissant la continuité du service public et l’égalité des usagers devant celui-ci. Affaire à suivre.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité