A la uneActualitésCultureSociété

NÎMES Tout roule pour le Musée de la romanité

Avec 400 000 visiteurs depuis son ouverture, le musée nîmois se porte bien.

Au pied des arènes, en haut du Musée de la romanité (Photo Archives Anthony Maurin).

Le Musée de la romanité a ouvert ses portes le 2 juin 2018. Un an et demi plus tard, il a franchi la barre des 400 000 visiteurs. Une fréquentation supérieure à ce qui avait été envisagé.

On va dire que Nîmes en avait besoin. Ne rentrons pas dans les débats passés, le Musée de la romanité est ce qu'il est, autant l'accepter une bonne fois pour toutes. Dans tous les cas, le public qui s'y presse a été au rendez-vous pour découvrir les collections à travers ces 5 000 pièces mises en valeur par 65 dispositifs multimédias. De nombreuses animations s’y sont déroulées et trois expositions temporaires ont confirmé l’attrait de ce tout nouveau musée.

En 2019, 222 000 personnes ont visité le musée (lors de cette première année complète). Une très belle fréquentation qui confirme au Musée de la romanité sa place d’atout incontestable pour l’attractivité du territoire et le développement touristique culturel nîmois.

L’origine des visiteurs est à 80% française (Gard, Île-de-France, Hérault, Bouches-du-Rhône, Vaucluse). Les 20 % de visiteurs étrangers viennent majoritairement de Grande-Bretagne, Belgique, Allemagne, États-Unis, Espagne… et 170 nationalités différentes ont été représentées. 162 000 visiteurs se sont passionnés pour l’exposition " Pompéi, un récit oublié " du 6 avril au 20 octobre derniers et, face au succès, l’exposition a été prolongée deux semaines.

La ferveur populaire en attente de découvrir le Musée de la romanité le 2 juin 2018 (Photo Archives Anthony Maurin).

1630 groupes, nationaux et internationaux ont choisi de découvrir le musée et ses expositions temporaires, dont 55 % de scolaires qui ont pu profiter des visites et ateliers pédagogiques spécialement conçus pour eux. Plus de 150 événements professionnels ont été accueillis au musée en 2019. Parmi eux, on peut citer Royal Canin, AXA, BMW, la présentation de saison de l’USAM ou le 1er salon organisé au musée par Ordisys pour les rencontres du numérique.

" Vivez une expérience historique ", c’est la promesse que tient le musée, en invitant le visiteur à parcourir 25 siècles d’Histoire. Plus qu’un musée, c’est un lieu de vie incontournable au cœur de l’effervescence nîmoise, qui offre aux passants un jardin archéologique le long de vestiges de l’ancien rempart augustéen, un café, un restaurant, une librairie-boutique, un auditorium et un rooftop avec une vue imprenable sur les arènes et à 360° sur les toits de la ville. Un riche programme d’animations tout au long de l’année dans ou autour des collections complète l’expérience.

Ensemble de statues retrouvé route de Beaucaire (Photo Archives Anthony Maurin).

Jusqu'au 8 mars 2020, Nîmes est le point de départ d’une exploration 3D de sept sites romains majeurs : Baelo Claudia (Espagne), Carthage (Tunisie), Pompéi (Italie), Lepcis Magna (Libye), Aphrodisias (Turquie), Palmyre (Syrie) et Garni (Arménie), à l’aide de projections spectaculaires. D’une rive à l’autre de la Méditerranée, à travers les principaux marqueurs architecturaux et urbanistiques de la romanité, cette exposition invite à comprendre les ressemblances et les différences de ces mondes romains grâce à une immersion dans les sites archéologiques des différentes cités.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité