A la uneFaits Divers

NÎMES Ninon, étudiante de 20 ans, morte sous les coups de son petit ami

(Photo d'illustration/DR)

Mercredi matin s’ouvre à Nîmes, le procès d’un homme âgé de 27 ans. Abdessadek est jugé devant la cour d’assises du Gard pour « meurtre par une personne étant ou ayant été conjoint, concubin, ou partenaire de la victime ».

Cette nuit du 19 au 20 novembre 2016, les cris ont résonné dans un petit immeuble situé au début de la rue Saint-Rémy, près de la place Montcalm. Des voisins d’ailleurs vont alerter la police dès minuit trente pour une dispute qui se déroule dans un appartement. Mais lorsque la police arrive, le tapage a cessé et impossible de savoir avec précision dans quel appartement est survenue cette altercation. La femme qui a alerté la police en est sûre pourtant : il s’agissait d’une violente dispute. Les policiers quittent l’immeuble pour revenir quelques heures plus tard avec les pompiers.

Entre-temps un homme a appelé les secours. Lorsque les pompiers et la police reviennent sur place vers 3h50 ce dimanche, dans un petit logement, à terre ils découvrent le corps d’une femme le visage tuméfié et les yeux exorbités. Malgré l’intervention d’une équipe médicale, la jeune Ninon, 20 ans décède.

Reconnu par un pompier

Cette jeune étudiante à la faculté de Nîmes entamait sa première année dans la capitale gardoise. Elle venait de la Drôme d’où elle était originaire et où elle rejoignait régulièrement ses parents. Elle était à Nîmes depuis quelques semaines à peine et venait d’aménager avec son petit ami depuis quelques années, Abdessadek.

Ce dernier est oisif à Nîmes. Il est connu pour antécédents liés aux stupéfiants. Rapidement, il est le premier suspecté d’autant que son portable a contacté les pompiers pour indiquer qu’une jeune femme était blessée dans cet appartement. De plus, alors qu’il fuyait l’appartement après les violences il a croisé un pompier qui le reconnaîtra plus tard. Le petit ami sera interpellé en milieu de matinée par la police nîmoise errant dans une rue du centre-ville de Nîmes le 20 novembre 2016 au matin. Il est depuis détenu pour cette mort atroce.

Il a rapidement reconnu être l’auteur des violences même s'il nie l'intention homicide et sera jugé pendant trois jours devant les jurés gardois. Sa défense est assurée par maître Fort. La famille de la jeune Ninon aura pour conseil maître Isabelle Mimran.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité