A la uneActualités

BAGNOLS/CÈZE Cinq ans après la disparition de Lucas Tronche : « C’est toujours difficile, l’anniversaire »

Un avis de recherche de Lucas Tronche [Photo via MaxPPP]
Un avis de recherche de Lucas Tronche [Photo via MaxPPP]

Le 18 mars 2015, peu après 17 heures, Lucas Tronche disparaissait dans le quartier de Saduran, à Bagnols. Cinq ans après, nul ne sait ce qu’il est advenu ce celui qui était alors adolescent, et qui serait aujourd’hui un jeune homme de 20 ans. 

Son père Eric Tronche a accepté de répondre à nos questions, à l'occasion de ce triste cinquième anniversaire. Retrouvez également une rétrospective en images de ces cinq années ci-dessous. 

Objectif Gard : première question simple mais indispensable, comment allez-vous, cinq ans après la disparition de Lucas ?

Eric Tronche : C’est toujours un moment difficile, l’anniversaire. Le mois de mars en général est difficile.

Que retenez-vous de ces cinq ans ? Qu’est-ce qui vient en premier ?

Eric Tronche, le père de Lucas, disparu depuis le 18 mars 2015 (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)

C’est le manque de notre fils qui revient en premier, tous les jours. Heureusement nous avons été beaucoup soutenus, il y a eu une forte mobilisation dès le départ et dans le temps, avec les groupes Facebook, la distribution d’autocollants. Et toujours un soutien important de la police judiciaire, avec laquelle nous sommes toujours en contact, et de la justice.

Justement, quelles sont les dernières nouvelles de l’enquête ?

Je peux dire par exemple que les garagistes ont répondu à l’appel des enquêteurs pour savoir si ils ont eu des véhicules accidentés dans les quinze jours qui ont suivi la disparition de Lucas. Il a fallu plusieurs années pour mener la totalité des investigations. Par ailleurs, les vérifications sur la téléphonie courent toujours, c’est important pour nous.

Donc une cellule d’enquêteurs poursuit le travail ?

Oui, toujours la même cellule à la police judiciaire de Montpellier, qui travaille toujours en collaboration avec l’OCRVP (l’Office central pour la répression des violences aux personnes, ndlr). Ils travaillent ensemble, notamment sur la téléphonie, qui est un fil rouge.

À chaque anniversaire jusqu'ici, un événement public était organisé pour faire parler de la disparition de Lucas. Au-delà du contexte de confinement actuel, un événement est-il prévu ?

Nous avons toujours de l’espoir, mais il n’y aura pas de rassemblement cette année. Nous nous mettons en retrait pour préserver notre famille.

Propos recueillis par Thierry Allard

Recherches, mobilisation, anniversaires : cinq ans d’affaire Lucas Tronche en images

Jean-Yves Chapelet, devenu depuis maire de Bagnols, coordonne le dispositif de recherches. Nous sommes le 20 mars 2015, deux jours après la disparition de Lucas (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)
De nombreux bénévoles participent aux recherches dans les premiers jours, ici vers Saint-Nazaire (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)
Dans les mois qui suivent la disparition, comme ici en novembre 2015, la mobilisation se poursuit et une association, Retrouvons Lucas, est créée (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)
Un lâcher de ballons est organisé pour le premier anniversaire de la disparition, sur la place Mallet de Bagnols (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)
Un nouveau rassemblement se tient en 2017, pour le deuxième anniversaire (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)
Fin 2017, une vaste opération distribution des avis de recherche autocollants de Lucas est organisée (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)
En 2018, une mosaïque géante est formée sur la place Mallet à l'occasion du rassemblement pour les trois ans de la disparition de Lucas, à Bagnols (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)
En 2019, plusieurs centaines de personnes se rassemblent sur la place Mallet  pour un nouveau lâcher de ballons (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)

Pour rappel : toute information ou témoignage est à communiquer au SRPJ de Montpellier, au 04 67 99 35 97.

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité