A la uneActualités

COVID-19 Qu’on se le dise, la collecte de sang se poursuit

Au centre de collecte de Nîmes, au CHU Carémeau, les donneurs ont été nombreux à répondre à l'appel à la mobilisation lancé par l'Établissement français du sang. (Photo : Stéphanie Marin / Objectif Gard)
Au centre de collecte de Nîmes, au CHU Carémeau, les donneurs ont été nombreux à répondre à l'appel à la mobilisation lancé par l'Établissement français du sang. (Photo : Stéphanie Marin / Objectif Gard)

Hier, au deuxième jour du confinement, l'Établissement français du sang (EFS) appelait à la mobilisation des donneurs. Dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, la collecte de sang doit absolument se poursuivre pour répondre aux besoins des patients pour lesquels les transfusions sont vitales.

Les réserves actuelles en globules rouges sont de dix jours, au lieu de 14 à 15 jours dans un contexte habituel et de moins de trois jours en plaquettes, au lieu de huit à neuf jours. Ces chiffres sont valables au niveau national comme départemental. Pour rappel : les globules rouges se conservent au maximum 42 jours et les plaquettes 7 jours.

Dans le Gard, une centaine de poches doivent être collectées pour répondre aux besoins des patients. Un objectif difficile à atteindre dans ce contexte de crise sanitaire liée à la propagation du coronavirus. "En une semaine, les dons ont chuté de 10% sur les collectes mobiles", expliquait mercredi Audrey Marron, chargée de promotion du don Gard et Hérault. Une chute aussi due à l'annulation des opérations habituelles organisées dans les universités et les lycées, ainsi que dans les entreprises. À noter que les collectes mobiles dans les communes sont pour l'heure maintenues.

Un appel entendu par la population

Ainsi, et malgré les mesures de confinement imposées par le Gouvernement depuis mardi midi, l'EFS a appelé les citoyens, sauf ceux présentant des symptômes grippaux, à se rendre dans les centres de collecte, qu'ils soient fixes ou mobiles. Un déplacement autorisé "au motif de l'assistance aux personnes les plus vulnérables", une case à cocher sur l'attestation de déplacement dérogatoire. Cet appel a-t-il été entendu ? La réponse dans notre reportage réalisé ce jeudi au centre de collecte EFS au CHU Carémeau à Nîmes.

Toutes les mesures de précaution sont mises en œuvre sur toutes les collectes pour éviter les risques de transmission du virus. Ainsi, tous les donneurs doivent respecter des distances de sécurité en restant à un mètre les uns des autres. Le personnel de collecte est équipé de masque et de gants.

Le saviez-vous ?

Le don de sang permet de soigner plus d’un million de malades chaque année en France. Irremplaçables et vitaux, les produits sanguins sont utilisés dans deux grands cas de figure : les situations d’urgence (hémorragies lors d’un accouchement, d’un accident, d’une opération chirurgicale…) et les besoins chroniques (maladies du sang et cancers).

Les produits sanguins sont également employés pour fabriquer des médicaments (immunoglobulines, facteurs de coagulation…). Aujourd’hui, plus de 200 maladies sont ainsi traitées avec des substances produites à partir du plasma. Et les patients bénéficiant de ces traitements représentent à eux seuls la moitié des malades soignés en France grâce aux dons de sang.

Stéphanie Marin

Pour savoir où et quand donner, rendez-vous sur dondesang.efs.sante.fr ou sur l’application « Don de sang ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité