Actualités

CORONAVIRUS Les sapeurs-pompiers du Gard mobilisés pendant la crise

Une base logistique forte est désormais opérationnelle au sein des SDIS. Tout est fait pour que chaque agent et intervenant puisse s'équiper avec un kit de protection et que les stocks ne viennent pas à manquer. (photo SDIS 30)

Pendant la crise sanitaire du coronavirus, le SDIS est particulièrement impliqué dans le département. Du 5 au 31 mars, les sapeurs-pompiers du Gard ont réalisé 349 interventions liées en Covid-19.

En revanche, l'activité opérationnelle globale moyenne a diminué de 30 %. Un chiffre qui résulte du confinement promulgué depuis le 17 mars limitant considérablement les déplacements et donc baissant la probabilité d'alerter et mobiliser les pompiers. Certaines communes gardoises comme Nîmes ont en plus mis en place un couvre-feu.

D'ailleurs, on compte 1 700 sapeurs-pompiers opérationnels en ce moment dans le Gard contre 2 500 pour les effectifs habituels. Pourquoi un tel écart ? Parce que le plan d'action et de continuité est appliqué et il paraissait nécessaire de mettre en réserve une partie du personnel pour renouveler les équipes si la maladie venait à se propager au sein des effectifs. Actuellement, 42 sapeurs-pompiers sont à l'isolement par mesure conservatoire.

La gestion de la pandémie a été placée comme une priorité par le directeur départemental du SDIS. Tout l'aspect logistique et approvisionnement des centres de secours a été réorganisé. À commencer par mettre en place une protection maximale pour les agents et les intervenants. La pharmacie à usage interne du SDIS a été renforcée pour que tous puissent se munir de kits de protection pour maladie infectieuse et ne viennent pas à en manquer dans la durée.

46 interventions liées au coronavirus à Nîmes, 36 à Alès

Cette crise sanitaire a aussi poussé le SDIS à utiliser de nouveaux équipements notamment le masque de protection dédié à la vie de la caserne élaboré par la société gardoise Eminence. Dans l'ambulance, un dispositif d'isolement des victimes (DIVIC) a aussi été installé.

Dans l'ambulance, un dispositif d'isolement des victimes (DIVIC) a été installé pour limiter les risques de propagation. (photo SDIS 30)

Autre mesure évidente : les centres de secours sont interdits d'accès à toute personne étrangère au service. De même pour éviter de trop nombreux contacts entre les équipes, les régimes de travail ont été modifiés et les gardes sont passées de 12 à 24 heures.

Pour l'heure, les interventions liées au coronavirus se situent majoritairement dans la zone sud du département. Tous les SDIS du secteur sont en relation quotidiennement avec les différents services. Entre le 13 mars et le 2 avril, il y a eu 46 interventions liées au virus à Nîmes, 36 à Alès et 14 à Beaucaire. Pour autant, les sapeurs-pompiers gardent bien en tête de poursuivre leurs missions de service public et de garantir un même niveau de secours à tous les citoyens en tout temps et toutes circonstances.

Marie Meunier

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité