A la uneActualités

FAIT DU JOUR Pour s’évader durant le confinement, lisez « Nath en roue libre : la France à dos de vélo »

 

Nathan Pigourier est parti de Laudun le 15 juillet 2019 et est allé jusqu'en bas de Dunkerque en passant notamment par Nantes et sa fameuse galerie des Machines. (DR)

Comme près de la moitié de l'humanité, Nathan Pigourier, habitant Laudun-l'Ardoise, est confiné. Mais quelques mois en arrière, il pédalait sur son vélo en quête de rencontres exceptionnelles et d'aventure. On peut désormais revivre son épopée au travers de son livre "Nath en roue libre : la France à dos de vélo", sorti fin février. Histoire de s'évader au moment où on ne peut plus sortir.

Ce livre de 434 pages retrace avec humour l'idée un peu folle de Nathan Pigourier. Parti presque sur un coup de tête de Laudun le 15 juillet 2019, sans grande préparation : "Je n'avais jamais fait de vélo. Je me suis retrouvé du jour au lendemain au chômage, je m'ennuyais à jouer à la console comme tout chômeur. Entre temps, je regardais des vidéos YouTube de deux mecs qui voyageaient à vélo. Je me suis dis : "Ça a l'air trop cool comme idée.""

Ni une, ni deux, il déboule à Décathlon acheter une bicyclette et une tente premier prix, rassemble de quoi manger pour un petit moment et regarde la veille de son départ un épisode de "Nu et culotté". Une préparation plutôt sommaire. Mais rien ne pouvait altérer l'envie de Nathan de découvrir de nouvelles personnes et deux mois plus tard, il partait de Laudun.

Le Laudunois a parcouru 4 159 km à vélo au départ de Laudun. (DR)

En comptant son vélo, avec ses habits, sa tente et la nourriture stockés dans les sacoches, il doit tracter pas moins de 40 kg sur la route. Le tout avec un destrier ne disposant que d'un plateau pour dix vitesses. "Le Massif central le troisième jour, je l'ai bien senti passer", se remémore-t-il en riant. En 85 jours dont 50 jours de pédalage, il ne fera pas moins de 4159 km, très précisément. Soit l'équivalent de 77 allers-retours Laudun-Avignon ou un Paris-Beyrouth. Il est passé par Valence, Nevers, Orléans, Angers, Nantes, Brest, Le Mont-Saint-Michel, Rennes, Le Havre et Saint-Omer avant de rentrer par Le Mans, Limoges et les Cévennes.

Une nuit dans une grange au côté des moutons

Nathan Pigourier a traversé 38 départements et pédalé sur 19 000 m de dénivelé positif et négatif. "Je faisais en moyenne entre 80 et 100 km par jour", estime-t-il. Au début, il pensait sillonner les campings mais très rapidement, il s'est tourné vers un autre hébergement : chez l'habitant. Il demande juste un carré de terre pour planter sa tante et un petit bout à manger pour reprendre des forces. La nuit la plus originale fut dans les Cévennes quand il a dormi dans une grange bordée d'un enclos avec des moutons. "Y avait le foin, les cagettes, les chats, les moutons... ça fait beaucoup de bruit un mouton la nuit", dit le Gardois en plaisantant.

C'est sur ce même ton drôle et absurde que Nathan Pigourier a écrit son livre à la fin de son aventure : "Mon voyage était assez atypique pour prendre des notes, ce ne sont pas des vacances au Grau-du-Roi. Rapidement, j'ai lancé une page Facebook où je partageais mes journées, les gens que je rencontrais, leurs accents, la nourriture, la météo... Ça m'a beaucoup aidé pour le livre ensuite", explique-t-il. Dans ses écrits : pas de descriptions exhaustives de paysages à la Flaubert mais des faits, des anecdotes : "J'ai du lire 10 livres dans ma vie. Faut pas tomber dans un truc descriptif car les gens comme moi qui font l'effort de lire s'ennuient."

"Nath en roue libre : la France à dos de vélo" est sorti fin février. (DR)

En quatre mois de vadrouille, il a rencontré 200 personnes. Forcément quand on n'a pas un sou sur soi, il faut bien quémander un peu d'aide. "Au début, j'osais même pas demandé de l'eau et finalement, je n'ai pas acheté une bouteille en plastique du voyage", clame fièrement le Laudunois, attaché à l'écologie. Ce voyage a aussi mis à l'épreuve son ouverture d'esprit : "Je suis allé un soir chez des gens très accueillants qui étaient témoins de Jéhovah. On a des a priori et au final, on ne les connait pas. C'est grâce à eux que j'ai pu changé de vélo en cours de route. Ils m'ont gardé l'ancien le temps de le revendre et m'ont ensuite envoyé l'argent."

Ce n'est qu'un moment parmi les nombreux qu'a couché sur le papier Nathan Pigourier. Parti en solitaire, il a fini son périple avec une autre cyclotouriste, qui a décidé de le suivre. Et ils comptent bien repartir ensemble pour une nouvelle boucle à vélo. Quand le confinement sera levé bien sûr !

Marie Meunier

"Nath en roue libre : la France à dos de vélo", de Nathan Pigourier, en autoédition, 434 pages, 9,50 € sur Kindl et 17,50 € en commande sur Amazon et au Vival de Laudun-l'Ardoise.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité