A la unePolitique

DES NOUVELLES DE… L’élu nîmois Franck Proust, entre crise sanitaire et gestion des sinistres

En cette période de confinement, Objectif Gard continue de parler politique. Du lundi au vendredi à 18h30, retrouvez le portrait d’un ou d’une élu(e) confiné(e). État d’esprit, mode de vie et point sur les dossiers… Restez connectés !

Le premier adjoint Les Républicains à la Ville de Nîmes, Franck Proust (Photo : droits réservés)

Depuis le début du confinement, le 17 mars, le quotidien du Premier adjoint à la ville de Nîmes se partage entre la mairie, son cabinet d’assurance et son jardin… Les détails.  

Tous les matins, c’est le même rituel : « je suis d’abord en cellule de crise avec le maire, Jean-Paul Fournier, et le directeur général des services, Christophe Madalle », indique Franck Proust. À « ceux qui doutaient de la capacité de Jean-Paul Fournier de répondre à la crise, ils se sont bien trompés !, fait remarquer le premier adjoint. Le maire est là tous les matins. Il se rend dans les différents services, fait des propositions et en écoute d’autres… C’est en période de crise que l’on reconnaît les grands hommes. »

Si la crise sanitaire est inédite en France, Nîmes a malheureusement la chance d'avoir une expérience dans la gestion de crise, à travers notamment celles liées aux inondations. « Nous gérons l’instant présent en essayant d’anticiper l'avenir avec comme préoccupation première : la santé des Nîmois », poursuit l’édile Les Républicains, précisant que « si Nîmes ne fait pas partie des régions les plus contaminées, nous ne sommes pas à l’abri d’une progression. »

La feria de Pentecôte menacée

Du coup, la mairie préfère prévenir que guérir. La feria de Pentecôte prévue, du 27 mai au 1er juin, a des chances d’être annulée. « C’est toujours en discussion. Il n’y a pas que la feria puisque le Musée de la romanité devait accueillir une exposition du Louvre », rappelle Franck Proust à qui il semble difficile de maintenir pareil rassemblement de population : « La feria, c’est environ 800 000 personnes mais aussi des cartels, des toros originaires d’Espagne. Sans compter qu'un déconfinement ne se fera pas du jour au lendemain. »

À la crise sanitaire du covid-19 se couple donc une crise économique. Après les fermetures imposées par l’État, plusieurs commerces, de bars, de restaurants nîmois, connaissent des difficultés financières. Et pour ces derniers, la feria est un événement important dans leurs chiffres d’affaires. « On travaille dans l’union avec le monde économique », explique Franck Proust qui assure que la municipalité cherche des solutions pour ces derniers.

Une risque sanitaire pour les assurances ?

Outre les affaires municipales, Franck Proust est assureur-général de métier. Un secteur sous le feu des critiques, certains dénonçant que les contrats actuels ne couvrent pas les entreprises touchées par la crise du covid-19. Le député Rassemblement national de la deuxième circonscription du Gard, Nicolas Meizonnet, travaille sur une proposition de loi visant « à faire reconnaître l’état de catastrophe sanitaire » pour permettre aux assurances de prendre en charge les pertes liées à la crise du coronavirus.

Aujourd'hui, Franck Proust n’y croit pas : « Tout le monde est touché par la crise sanitaire. Les assurances n’ont pas les moyens de couvrir ce risque. Tous les experts, y compris le président du syndicat patronal du Medef, se sont exprimés sur le sujet. » Reste pourquoi pas la création d'un nouveau risque sanitaire à l'avenir... « Il faut réfléchir à inclure la pandémie dans les assurances pour permettre à nos clients de souscrire à ce type de risque.» Une proposition à laquelle le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a répondu favorablement.

Municipales : « Ce n'est plus une priorité »

Parmi les autres solutions, le premier adjoint rappelle l’importance de la commande publique. Fin mars, le président de la Fédération des travaux publics Occitanie a appelé les collectivités à anticiper la reprise, en mobilisant rapidement des budgets pour relancer des chantiers. Et ce, sans attendre la tenue du deuxième tour des élections Municipales. 

À Nîmes, « les élections municipales ne sont plus une priorité, soutient Franck Proust. Pour l’instant on s’en tient à ce qu’a dit le Premier ministre avec l’avis du conseil scientifique rendu le 23 mai pour un éventuel second tour en juin. Mais aujourd'hui, je trouve que c’est vraiment la dernière préoccupation des gens ! »

Alors, en attendant le déconfinement, Franck Proust consacre son temps libre à sa famille, dont sa « belle-fille qui doit accoucher le 19 avril. » Cuisine, jardinage, peinture… Les occupations ne manquent pas pour l'édile qui appelle néanmoins ses concitoyens à suivre les restrictions de déplacements, « même si avec ce beau soleil, il est difficile de ne pas céder à la tentation. »

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

1 commentaire sur “DES NOUVELLES DE… L’élu nîmois Franck Proust, entre crise sanitaire et gestion des sinistres”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité