A la uneActualités

GARD Le premier centre de confinement pour les sans-abri ouvre cette semaine

(Photo d'illustration)

L'ouverture de ce premier centre d'isolement sanitaire réservé aux personnes sans domicile fixe, en situation de grande précarité, atteintes du covid-19, est prévue dans les prochains jours. 

Le premier centre dit de "desserrement", le seul dans le Gard habilité à prendre en charge des personnes relevant des dispositifs d’urgence et d’insertion atteintes du covid-19, ouvrira ses portes ce mercredi ou demain matin au plus tard, au Mas de Torras à Aimargues. Géré par la Croix-Rouge française du Gard, ce centre, qui sera ouvert jour et nuit, pourra accueillir jusqu'à 66 malades dont l’état de santé ne nécessite pas une hospitalisation.

Alors, comment identifier les personnes susceptibles d'être atteintes du coronavirus parmi les sans-abri ou celles et ceux accueillis dans les centres d'hébergement d'urgence ou d'insertion ? "On ouvre ce centre en lien avec l'Agence régionale de santé (ARS) qui sera en charge de la partie sanitaire. Les admissions se feront après validation de sa part", répond Véronique Simonin, directrice départementale de la cohésion sociale du Gard.

Deux cas de figure se présentent alors. Si la personne a déjà été dépistée et testée positive au covid-19, son admission ne relèvera que d'une simple formalité. S'il s'agit d'une suspicion "nous nous mettrons en lien avec l'ARS pour avoir le test et permettre l'admission au centre de desserrement si nécessaire."

Le public admis bénéficiera d'un suivi médical. La livraison des repas, midi et soir, sera assurée par la communauté de communes de Petite Camargue. Reste à savoir, comment les personnes en situation de grande précarité vont pouvoir se rendre jusqu'à Aimargues. "Là encore, ce sera à organiser avec l'ARS car tout ce qui est transport sanitaire répond à des normes et des règles très précises en matière d'hygiène", précise Véronique Simonin.

De nouvelles places d'hébergement à Nîmes

Les services de l’État de la direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) poursuivent leur mobilisation avec de nombreux partenaires institutionnels et associatifs pour offrir un hébergement complémentaire adapté aux dispositifs d’urgence et d’insertion pérennes. Depuis hier, un hôtel B&B, situé au 83, rue de la République à Nîmes, a été réquisitionné par le préfet du Gard pour accueillir 72 personnes isolées ou en couple, avec ou sans enfants.

À ce jour, il accueille 42 personnes. L’ouverture de cet hôtel s’ajoute à celles du gymnase des oliviers de Nîmes, du site Montaury de Nîmes et de l’ancien institut médico-éducatif de Rochebelle d’Alès. La capacité totale complémentaire mobilisée est de 189 places pour l'ensemble du territoire gardois.

À l’instar des 660 places d’hébergement d’urgence déjà disponibles sur le territoire gardois, le 115 assure la régulation des 72 places de cet établissement. Les personnes hébergées bénéficient de deux repas par jour grâce à la communauté de communes de Petite Camargue et d’un petit-déjeuner fourni par les Restos du cœur. La gestion de l’établissement est confiée à la Croix-Rouge qui assure une prise en charge continue de cette population vulnérable, de jour comme de nuit.

Stéphanie Marin

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité