Actualités

BAGNOLS/CÈZE Comment la librairie Occitane prépare son déconfinement ?

Emmanuel Rullier, gérant de la librairie Occitane, et Julien Viteau, gérant de l'autre librairie à Paris, préparent la réouverture de lundi 11 mai. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Après deux mois de fermeture, la librairie Occitane va rouvrir ce lundi 11 mai. Pendant toute la durée du confinement, c'est tout le monde de l'édition et de la distribution qui était à l'arrêt. Il faut donc se réadapter dans un contexte qui s'annonce quand même incertain. 

Pour marquer le déconfinement, la librairie Occitane va rouvrir ce lundi 11 mai dès 9h30. "On a quelques dizaines de commandes de clients qui ont laissé des messages ou ont appelé", atteste Julien Viteau, qui prépare avec le gérant, Emmanuel Rullier, la remise en route de la librairie. La médiathèque de Bagnols ainsi que les bibliothèques des villes environnantes anticipent aussi leur réouverture en commandant de nouveaux livres.

"L'avantage des livres, c'est que ce n'est pas périssable", avance Julien Viteau. Et bien heureusement car ce serait près de 3 000 ouvrages qui n'ont pas pu sortir pendant la durée du confinement. Tous les éditeurs et la distribution ont dû cesser leur activité depuis mi-mars. Les sorties initialement prévues vont subir un certain décalage. Ce qui va être suivi de près par les libraires : "On a des logiciels spécifiques permettant de voir ce qui va prochainement sortir, ce qui est programmé..." De quoi se mettre à jour rapidement.

Mais pour l'heure, les deux libraires s'attellent au rangement. D'autant qu'ils ont profité de la fermeture pour mener l'inventaire : pas moins de 9 000 livres composent les rayons. Il est temps de remettre tout en place avant la venue des clients. Et de penser aux lectures qui seront mises en avant. "On est dans une période où on a besoin de réfléchir, on a envie de mettre en avant des livres qui donnent à réfléchir, à prendre position notamment sur l'écologie, des sciences humaines... On veut aussi des livres qui détendent, qui font plaisir", développe Julien Viteau.

"En cinquante ans d’existence, la librairie en a vu d'autres"

Toute l'équipe de libraires sera bien sûr munie de masques et disposera de gel hydroalcoolique pour assurer une ouverture sécurisée. Pour autant, est-ce que les clients seront au rendez-vous ? L'amour du "livre objet, qu'on a besoin d'ouvrir, de feuilleter" sera-t-il plus fort que les craintes liées au virus ? Les libraires l'espèrent. "Chez le coiffeur, même après une longue période sans, on n'y va pas deux fois. Mais les livres, il n'est pas exclu d'en acheter plus", raisonne Julien Viteau. Lui et le gérant de L'Occitane comptent aussi sur la reprise des prescriptions scolaires.

Mais plusieurs questions se posent notamment sur la carte jeune qui offre aux lycéens une somme de 20€ pour consommer des livres. Normalement, cette carte n'est valable que jusqu'au 30 juin. Un peu court surtout que la réouverture des lycées n'est toujours pas fixée. "On s'est tourné vers la Région pour voir si elle ne peut pas être prolongée jusqu'au 30 août." Julien Viteau s'interroge aussi sur la reprise des clubs de lecture qui permettent qui permet que 10-15 personnes commandent à chaque fois le même livre.

Il comprend que cette période de stress n'a pas été la plus propice à la lecture. Mais il avance : "On a eu des pertes, mais on compte sur une activité soutenue au moment de la reprise. [...] En cinquante ans d’existence, la librairie en a vu d'autres."

Marie Meunier

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité