ActualitésSociété

NÎMES Le marché de Pissevin renaît de ses cendres

Le marché de Pissevin (Photo Dominique Marck Ville de Nîmes).

Rouvert le 29 avril après un mois et demi d'arrêt, le marché de Pissevin accueille le mercredi matin sa clientèle avec une organisation sanitaire particulière.

C'est un marché réputé bien au-delà des frontières communales pour les bonnes affaires que l’on peut y faire. Autrefois situé place Debussy, il est désormais installé place Goethe suite au chantier du TCSP (T2) et au projet de rénovation urbaine. Sur la soixantaine d'étaliers titulaires de ce marché, seuls les 17 stands alimentaires ont pu se réinstaller à l'issue du confinement en raison des contraintes sanitaires. Au fil des semaines, les consommateurs ont retrouvé le chemin de la rue Éloy où l’activité est encadrée par plusieurs agents de la Ville et policiers municipaux.

Un marché populaire et convivial

Les consommateurs ont dû bousculer leurs habitudes et attendre leur tour en file indienne avant de rentrer dans l'enceinte du marché close par un barriérage, car seule une centaine de personnes y est admise en même temps. Ils sont à 95 % équipés de masques. Les habitants de Pissevin reviennent avec soulagement s'approvisionner ici car c'est plus près de chez eux et très abordable.

Malgré des circulations compliquées par un sens de circulation obligatoire, la possibilité de se nettoyer les mains au gel proposée à l’entrée et à la sortie rassurent tout le monde et sécurise cette activité de plein air. Impossible d’échapper aux multiples panneaux et affichettes rappelant les consignes sanitaires ou de s’approcher des produits présentés : ce sont les étaliers qui servent, à bonne distance grâce à un ruban de séparation.

La vente en ligne : un nouveau débouché ?

Si l'on peut les retrouver sur d’autres marchés de Nîmes et du Gard, les producteurs s’attachent ici à proposer des prix imbattables, pour des produits adaptés à la clientèle, mais de qualité. Le poissonnier vend ainsi une pêche du jour en provenance directe du Grau-du-Roi. La plupart sont présents de pères en fils depuis plus de trente ans.

" Sur ce marché de quartier, l’atmosphère est conviviale, les gens discutent volontiers ", analyse le représentant des biscuits Aréna fabriqués à Saint-Césaire. " Durant le confinement, j’ai continuité mon activité en livrant à domicile grâce aux réseaux sociaux ", explique Sofiane de Sidi Fruits. Comme de nombreux étaliers ici présents.

" La fermeture des marchés a été une période très difficile pour nous, malgré la prime de l’État et le chômage partiel. Nous apprécions particulièrement le geste de la mairie avec l’exonération des droits de place jusqu’en septembre. Le point positif de cette crise, c’est qu’elle nous a poussé à développer la vente en ligne sur livraison. Une habitude que nous avons pour la plupart envie de conserver ", précise quant à lui Jérôme Clément, poissonnier et représentant des étaliers du marché.

Tous les mercredis matins, Place Goethe, rue Eloy-Vincent, de 7h à 13h.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité