A la uneActualitésSociété

GARD Ligne Alès-Bessèges : ça sent bon !

Les membres du Collectif de défense de la ligne Alès-Bessèges. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Les membres du Collectif de défense de la ligne Alès-Bessèges. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Après des années de combat - huit ans exactement - les membres du Collectif de défense de la ligne Alès-Bessèges retrouvent l’espoir. Les travaux sur la ligne devraient débuter en fin d’année.

Il en aura fallu des réunions, des avis et des expertises… Mais après huit ans à se battre pour la réouverture d’un petit bout de ligne de 32 kilomètres entre Alès et Bessèges, et grâce au soutien et à la puissance de frappe de la Région Occitanie, le collectif de défense a de bonnes raisons d’être optimiste.

D’abord - et une fois n’est pas coutume - parce que tous les acteurs de ce dossier vont (enfin) dans le même sens : Alès Agglo, la Région, la Préfecture du Gard, les maires des communes concernés et la SNCF…. « Le dernier comité de pilotage a démontré qu’il y avait moins de verrous. C’est une grosse avancée », se satisfait Thierry Ferre, membre du collectif. L’autre bonne nouvelle, qui laisse à penser que la situation évolue favorablement, c’est que les premiers travaux de débroussaillage devraient débuter en octobre-novembre 2020. Par ailleurs, les anciens rails de la ligne Montpellier-Nîmes, toujours en bon état, devraient être réutilisés sur le tronçon.

Seulement, quelques points laissent encore perplexes les défenseurs du train. À commencer par le montant des travaux. La SNCF les a longtemps estimés autour de 100 millions d’euros. « Aujourd’hui, sans trop d'explications, c’est passé à 66 millions d’euros. Nous sommes dubitatifs », expliquent les membres du collectif qui, eux, pensent que 20 à 30 millions seraient nécessaires.

La date de réouverture de la ligne est un autre sujet de désaccord : la SNCF miserait sur mi-2026 alors que le collectif estime « pouvoir gagner facilement deux ans », soit 2024. Quand elle sera sur de bons rails, cette ligne devrait, au quotidien, effectuer cinq allers-retours entre Alès et Bessèges et deux entre Alès et Saint-Ambroix.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

3 réactions sur “GARD Ligne Alès-Bessèges : ça sent bon !”

  1. La gabegie continue avec l’argent du contribuable. Des dizaines de millions d’euros pour réouvrir une ligne qui n’offre aucun intérêt, sinon de satisfaire l’égo de quelques nostalgiques. Faire circuler des trains vides, c’est ce qui avait motivé la fermeture de cette ligne…Tant pis, on va recommencer. C’est lamentable.

    1. bonjour
      ce qui a motivé la fermeture cest tout simplement la sncf elle meme qui était motivé depuis trop longtemps a vouloir la fermer en utilisant tout les moyens inimaginables dans les années 80 et c’était pas glorieux il y avait encore 500 passagers / jours alors il faut arreter aavec les préjugés tout pret du fameux 3 pélés et un tondu
      serieusement je veux bien débattre point par point sur ce qui a conduit a sa suspension grace a un service massacré jattend votre réponse comment peut on attiré des usagers grace a un service maudit
      je veux bien débattre avec vous a la suite des travaux avec un service de qualité les avantages d’un vrai service efficace et performant point par point également
      a votre service cordialement

    2. C’est surtout qu’à une époque on a tout misé sur le thermique et le déplacement individuel. Ironique de voir la réapparition des tramways quelques décennies plus tard. L’avenir est au transport individuel en mobilité douce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité