A la uneActualitésSociété

NÎMES Une prière pour la paix dans une église régénérée

(Photo Anthony Maurin).
Quelques petites dizaines de fidèles et lors de la veillée pour la paix dans le monde (Photo Anthony Maurin).

Une église est faite pour prier, évidemment, mais une église est aussi la concrétisation d'un geste architectural fort que l'on offre à ses visiteurs, pieux ou pas. Parfois, une église mélange les deux aspects.

Si vous ne connaissez pas l'église Notre-Dame-du-Suffrage-et-Saint-Dominique à Nîmes, allez trouver en ses murs un moment de calme et de volupté. Méconnue ou raillée, cette bâtisse moderne estampillée Joseph Massota date de 1964. Après de longs travaux, elle a rouvert l'an passé et mérite le détour car elle est unique.

La lumière dans l'église est colorée. La coque du navire inversée avec sa charpente en bois est d'un bel effet (Photo Anthony Maurin).

Une façade bétonnée, austère, telle une coque de noix juchée sur l'avenue Bir-Hakeim. Mais à l'intérieur, le bateau est ivre. Une douceur lumineuse épicée rappelle les saveurs des marchés orientaux. Monument historique depuis près de 20 ans, l'édifice accueillait la traditionnelle veillée de prière pour la paix. La compassion avec les habitants du quartier du Chemin Bas d'Avignon, en souffrance, n'est pas oubliée.

800 places habituellement, moins de la moitié disponibles à cause de la covid-19 et de ses distanciations à respecter mais au final, une cinquantaine de personnes seulement.

Les bougies sont amenées sur l'autel dans la chaleur d'un édifice 100 % béton-bois (Photo Anthony Maurin).

En son temps, Dominique (1170-1221) traverse l'Occitanie et y rencontre l'hérésie selon les termes de l'Église. De cette longue querelle, la Réforme naîtra et finalisera sa scission. Depuis, les temps ont changé et cette prière pour la paix devait accueillir toutes les belles âmes et bonnes volontés, " Là où il y a la haine, que je mette l'amour ", François d'Assise. Un petit mot accompagné de paix, shalom, salam. Sur la communication, figurait aussi " Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s'embrassent... " du psaume 84.

Les chants se sont poursuivis durant plus de 30 minutes (Photo Anthony Maurin).

Dès l'entrée, un petit résumé des chants à entonner et du programme de la veillée est distribué par l'organisation. Le Seigneur est ma lumière ; Psaume 45 ; garde-moi, mon Seigneur ; Psaume 84 ; Vienne la paix ; Évangile selon saint-Mathieu 5, 1-12 ; prière, Notre Père et la prière de François.

Comme cela était annoncé, avant d'enchaîner les litanies, une pensée a été dite pour Anis, jeune du quartier tué par balle il y a quelques jours. " Une veillée source de paix pour chacun et source de lumière pour le quartier. Plus jamais ça ! On veut la paix, enseigne-nous la paix ! "

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité