A la unePolitique

FAIT DU JOUR Dans le Gard, les chiffres clefs du second tour des municipales

Photo d'illustration/DR

Ça y est ! Trois mois et demi après l'organisation du premier tour, les élections municipales 2020 sont en passe de s'achever avec la tenue du second tour, ce dimanche. Retrouvez les chiffres clefs du scrutin. 

Trois mois et demi. On vient de le dire, c'est le temps qui s'est écoulé entre la tenue du premier tour des municipales, le 15 mars, et l'organisation du second tour, ce 28 juin (soit 105 jours). Une situation inédite qui a pour origine la crise sanitaire liée au covid-19. Certains élus et constitutionnalistes étaient d'ailleurs inquiets qu'en cas de report du second tour après l'été, les deux tours ne doivent être rejoués pour préserver le principe d'unité du scrutin.

46 communes. C'est le nombre de localités gardoises qui doivent organiser ce second tour. Au soir du 15 mars, aucune majorité ne s'est dégagée dans ces territoires. Il s'agit de communes aussi bien grandes que petites avec, du côté des plus peuplées, Nîmes, Bagnols, Marguerittes ou Vauvert. Dans les Cévennes, de petites localités comme Pompignan, Aujac ou Générargues auront également à charge de désigner leurs édiles. 

180 800 électeurs sont appelés aux urnes, ce dimanche. Le 15 mars, le corps électoral gardois se composait de 544 800 inscrits sur les listes électorales. À noter que la grande majorité des électeurs de dimanche (soit 170 500) habitent dans les communes de plus de 1 000 habitants. À elle seule, la ville de Nîmes en compte 88 252. 

45,9%. C'est le faible taux de participation au premier tour des municipales gardoises. Un chiffre historiquement bas (68% en 2014) pour un scrutin qui mobilise d'habitude l'électorat. En cause, la peur liée à l'épidémie de covid-19 mais pas seulement... Dans certaines localités, l'absence d'enjeu avec la candidature unique du maire sortant n'a pas incité les administrés à se rendre aux urnes. Par exemple, ils étaient seulement 25% de votants à Garons.

38% de votants selon l’Ifop. Si la situation sanitaire s’est améliorée, les sondeurs prévoient une abstention massive, pire que celle déjà historique du premier tour, le 15 mars. 

Mesures sanitaires. Pour inciter les électeurs à renouer avec leur devoir citoyen, les services de l'État et les élus locaux ont pris des mesures. Outre le sacro-saint respect des gestes barrières, la préfecture a distribué 2 500 visières, 120 000 masques grands publics et 570 litres de gel hydroalcoolique. Selon nos sources, ce dispositif peut permettre de répondre à une participation avoisinant les 70%.

Deux. C’est le nombre de procuration que peut avoir chaque électeur contre une habituellement. Une modification du code électoral visant à sécuriser l'organisation de ce second tour. À noter que la personne demandant une procuration n’est plus obligée de fournir un justificatif pour indiquer la raison de son impossibilité de se déplacer. Son mandataire devra toutefois voter dans la même commune que l’électeur empêché. 

191 bureaux de vote seront ouverts pour ce second tour sur un total d'environ 800 bureaux de vote dans le Gard. Rappelons qu'au moins cinq personnes sont nécessaires à la tenue d'un bureau. La ville de Nîmes compte 83 bureaux de vote qui seront ouverts de 8h à 18h. 

305 communes ont élu leur maire dès le premier tour de scrutin dans le Gard. Parmi les exemples les plus significatifs : Alès avec la réélection pour la cinquième fois de Max Roustan ; Saint-Gilles avec celle d'Eddy Valadier. Au sein de la communauté de communes de la CCBTA (communauté de communes Beaucaire Terre d'Argence), les cinq maires ont été désignés dès le premier tour.

Et les communautés de communes ? Pour l'heure, seulement deux communautés de communes (Beaucaire Terre d'urgence et Rhony Vistre Vidourle) ont pu élire leur président. Les 12 autres dont le siège est basé dans le Gard - ajouté aux trois autres dont le siège est hors département tel que le Grand Avignon - doivent attendre l'élection de l'ensemble des maires pour renouveler leur exécutif.

27 septembre. C’est la date prévue par le ministère de l’Intérieur pour organiser les élections sénatoriales, soit le dernier dimanche de septembre. Ce scrutin a pour but de renouveler la moitié des parlementaires du Sénat, en charge de voter les lois comme les députés. Ce scrutin sera convoqué par décret à l’instar de la désignation des grands électeurs, le 10 juillet. La particularité de ce scrutin étant que les électeurs sont des élus et non l’ensemble du corps électoral. 

Coralie Mollaret

Lire aussi : FAIT DU JOUR Dans le Gard, les chiffres clefs des élections municipales

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité