ActualitésPolitique

NÎMES MÉTROPOLE Le discours très « communautaire » du président Proust

Fraîchement élu, le Nîmois s’est posé en président rassembleur, traçant les grandes lignes de sa mandature 2020-2026. 

C’est devant son père, Guy, et sa mère, France, venus spécialement de Poitiers, que l’adjoint nîmois Franck Proust a été élu président de Nîmes métropole, ce mercredi. Le candidat a recueilli 79 voix sur les 105 sièges de l’Agglo. Au perchoir, le Républicain a prononcé son premier discours de président. En prémices, il n’a pas manqué de régler quelques comptes... À son prédécesseur et rival politique, Yvan Lachaud, Franck Proust a adressé sans le citer : « Je n’ignore nullement que les attaques les plus rudes me seront réservées. […] Il est vrai que certaines personnes sont un peu comme des pièces de monnaie : deux faces mais surtout aucune valeur ! La méchanceté est la caractéristique principale des personnes souffrant d’infériorité, se sentant obligées de salir toute personne pouvant potentiellement paraître plus brillante à leurs yeux. » Aïe… 

Une gouvernance apaisée 

Voilà pour l’entrée en matière. La suite est beaucoup plus consensuelle. Franck Proust a voulu « rassembler » et « rassurer » les 39 maires de Nîmes métropole. Des édiles tiraillés ces dernières années entre Yvan Lachaud et le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier. Dernièrement, la concurrence entre Eddy Valadier et Franck Proust pour présider l'Agglo a fait resurgir ce sentiment. « Désormais tout sera plus simple », promet Franck Proust, « vous serez là et je suis prêt avec vous à relever tous les défis et incarner vos espoirs. » Pour le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, avec qui il est élu depuis 30 ans, Franck Proust a eu un mot tendre. 

De la tendresse pour une gouvernance que Franck Proust veut « apaisée. » Le doyen de l’hémicycle et maire de La Calmette, Jacques Bollègue, a rappelé que sur les 105 élus, 40 sont de nouveaux délégués communautaires. « Il n’y a pas de hiérarchie dès lors qu’on ceint l’écharpe tricolore », assure Franck Proust qui ajoute que « la coopération communale doit se situer au-dessus de ce qui peut nous séparer dans les communes. »

Ces paroles se traduisent pour Franck Proust par l’ouverture du bureau communautaire à tous les maires ainsi qu’aux vice-présidents avec « un représentant supplémentaire pour Saint-Gilles et Marguerittes et quatre élus nîmois. » D’ailleurs lors d’un prochain conseil communautaire, « je proposerai de déléguer au bureau plusieurs domaines liés au fonctionnement de notre institution. »

Lutter contre « la fracture rurale »

Réaliste, l’édile sait que « les mois à venir seront difficiles. » La crise sanitaire se couple à une crise économique et « les communautés de communes sont touchées au premier chef par l’origine de leurs recettes fiscales qui sont corrélées à l’activité économique. » Du coup, il va falloir faire « des économies de fonctionnement et investir à travers un plan pluriannuel d’investissements. » Son opposant politique et membre du Parti communiste, Vincent Bouget, s’impatiente aussi de la publication du rapport de la Chambre régionale des comptes : « La situation financière de notre Agglo est sans doute problématique. C’est cette situation qui permettra de réaliser ou non les engagements proposés. »

Les priorités de Franck Proust seront affinées au cours d’un séminaire de rentrée dans « les semaines à venir. » Sur la question des investissements, et notamment des fonds de concours dont la présidence sera attribuée à un maire, « ces derniers seront financés s’ils contribuent à la modernisation de notre territoire, à l’effacement de la fracture rurale et à l’urgence climatique. » Sur la fracture des territoires, Franck Proust met le transport au cœur de ses priorités, lui qui a été élu sur la gratuité des tickets pour les plus de 65 ans, les moins de 18 ans et les personnes sans emploi. Concernant l’environnement, au cœur de la campagne des Municipales, « je veux faire de Nîmes une éco-métropole et c’est un maire qui en assurera le suivi. »

Le Rassemblement national soutient Franck Proust

Parmi les autres projets, le Nîmois a rappelé que son mandat sera aussi consacré à l’essor de la zone économique Magna Porta autour de la nouvelle gare LGV Nîmes-Pont du Gard. Il a répété aussi sa volonté de voir émerger un hub européen à l’aéroport de Garons « qui est aussi à Saint-Gilles » glisse Franck Proust, en clin d’œil à son ancien concurrent pour la présidence de Nîmes métropole, le maire Eddy Valadier. Une fois n’est pas coutume, l’élu du Rassemblement national, Yoann Gillet, a voté en faveur de l’élu Les Républicains. Le frontiste salue les « engagements clairs » du Nîmois notamment sur « la non-augmentation de la fiscalité et la baisse de la CFE (Cotisation foncière des entreprises) quand les finances le permettront. » « J’ai besoin de vous », lance pour conclure le Nîmois, qui aspire à écrire une nouvelle page de l’histoire politique, cette fois très communautaire. 

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité