A la unePolitique

GARD Les élus locaux se préparent à choisir leurs sénateurs

Ce matin, le conseil municipal d’Alès à ouvert la marche pour désigner ses grands électeurs (Photo : Tony Duret)

Vous pensez en avoir terminé avec les élections ? Pas encore... En vue des Sénatoriales de septembre, les conseillers municipaux se réunissent aujourd’hui pour désigner les grands électeurs. Ils sont près de 2 000 dans le Gard. 

C’est armés de leur calculette et de leur liste de candidats que les élus municipaux se réunissent aujourd’hui. À l’approche des élections sénatoriales, la préfecture du Gard a demandé aux conseils municipaux fraîchement installés d’élire leurs grands électeurs. Dans le Gard, ces derniers représentent 1 837 personnes auxquelles il faut ajouter les neuf parlementaires gardois (députés et sénateurs actuels), les 10 conseillers régionaux, les 46 conseillers départementaux.

55 grands électeurs à Alès

Ce matin dès 8h, les élus du conseil municipal alésien se sont retrouvés à l'Atome pour procéder à l'élection de leurs grands électeurs. La capitale des Cévennes étant composée de plus de 40 000 habitants, ces 43 conseillers municipaux sont membres de droit. En clair, le maire Max Roustan ou encore son élu d'opposition, Paul Planque, se déplaceront le 27 septembre pour élire les sénateurs. Rappelons d'ailleurs que le vote est obligatoire sous peine d'amende... Soit dit en passant.

En raison de son poids démographique, la deuxième commune du Gard dispose d'un nombre de délégués supplémentaires. Du coup ce matin, les Alésiens ont élu douze délégués supplémentaires et treize suppléants. À l'image de l'échiquier politique local, trois listes ont été présentées par les forces en présence : la liste "Alès" portée par la majorité, celle du "Printemps alésien" pour l'opposition de Gauche et "Les Alésiens d'abord" pour le Rassemblement National.

En moins d'une demi-heure, l'élection était pliée et sans surprises. La liste Alès a obtenu 36 voix, 5 pour le Printemps alésien et 2 pour le Rassemblement National. En termes d'élus, la répartition est la suivante : 11 délégués supplémentaires et 12 suppléants pour la liste Alès, et 1 délégué supplémentaire et 1 suppléant pour le Printemps alésien. Le Rassemblement National n'obtient aucun élu.

À Nîmes, le plus gros contingent d'électeurs

Le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier et le président du conseil communautaire, Franck Proust (Photo : Coralie Mollaret)

Capitale gardoise, c'est Nîmes qui envoie le plus gros contingent de grands électeurs. Ce qui n'est pas pour déplaire à l'adjoint Laurent Burgoa, candidat aux Sénatoriales. Au passage, l'élu nîmois se dispute la tête de la liste Les Républicains pour le scrutin de septembre. « Ça fait 12 ans que je suis élu municipal et 10 ans que je suis conseiller départemental », a déjà justifié l'intéressé.

Sur le vote des grands électeurs, les 59 conseillers municipaux nîmois sont membres de droit. En raison de son poids démographique, la Ville de Nîmes dispose de 150 délégués répartis entre chaque groupe en fonction du résultat du vote à la proportionnel au sein du conseil municipal.

Lorsque l'on regarde de plus près les noms qui composent chaque liste, certains sont familiers. La majorité a notamment choisi le directeur général des services, Christophe Madalle, ou encore, la mère de Laurent Burgoa, Monique Burgoa. Nul doute que celle-ci votera pour son fiston. Du côté des groupes d'opposition, on retrouve d'anciens colistiers comme Mounir Benslima pour le groupe centriste d'Yvan Lachaud ou Janie Arneguy, ex-conseillère municipale pour le groupe de Gauche de Vincent Bouget.

Laurent Burgoa (Photo : Coralie Mollaret)

À l'issue du vote, la majorité de Jean-Paul Fournier décroche 110 grands électeurs ; 20 pour la Gauche ; 10 pour le groupe du centriste Yvan Lachaud et 10 pour le Rassemblement national.

À Bagnols, le banc des remplaçants

Ce matin, lors du vote des suppléants délégués pour les sénatoriales à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La troisième ville du Gard étant comprise dans les communes de 9 000 à 29 999 habitants, tous ses conseillers municipaux sont grands électeurs de droit. Alors ce matin, il s'agissait d'élire le banc des remplaçants, en cas d'absence d'un des conseillers. Seule la majorité proposera une liste de neuf noms, ce qui fait ses affaires : "si le RN avait présenté une liste, ils auraient eu deux suppléants", nous a-t-on glissé du côté de la mairie. Sur la liste figuraient donc Claude Roux, Marilyne Fournier, Serge Rouquairol, Françoise Servol, Guillaume Garnier, Karine Gardy, Julien Argoud, Monique Jay et Claude Masse.

Une liste est composée soit de colistiers non élus, soit de sympathisants de la majorité municipale. La liste sera élue avec 25 voix pour et huit votes blancs en moins d'un quart d'heure. Au sortir de ce conseil municipal particulier, le maire, Jean-Yves Chapelet, nous confiera attendre des futurs sénateurs qu'ils soient "plus qu'un relais, mais qu'ils sachent allier le territoire et la nécessité d'aller, quelques fois, au niveau national." D'autres conseils municipaux se réunissent aujourd’hui, notamment celui de Beaucaire à 16 heures, ou de Pont-Saint-Esprit à 18h30. 

 

Tony Duret, Thierry Allard et Coralie Mollaret 

Lire aussi : SÉNATORIALES Dans le Gard, comment sont désignés les grands électeurs ?

 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité