A la unePolitique

NÎMES MÉTROPOLE Économie, transports, finances… Notre casting pour le président Proust !

Franck Proust, a été élu président de Nîmes Métropole (Photo : Romain Cura)

Il faudra attendre encore quelques jours avant que le président Franck Proust ne divulgue les délégations de ses vice-présidents. Seulement, à Objectif Gard, on était si impatient, que nous avons imaginé un casting d'élus capables de mettre en œuvre son projet ! 

En ce moment, c'est motus et bouche cousue. Dans les couloirs du Colisée, ni maires ni collaborateurs zélés pour moufter sur la future gouvernance de Franck Proust. Élu le 8 juillet, le Président Proust s’est laissé un peu de temps pour arrêter les délégations. Des pouvoirs qu’il attribuera à ses 15 vices-présidents et 22 élus membres du bureau communautaire. Il faut le comprendre, l’affaire est sensible. Stratégique même. Ses élus devront appliquer son projet politique afin de tourner la page de la guerre Fournier-Lachaud mais aussi, de panser les plaies avec l'équipe du maire de Saint-Gilles, ex-candidat à la présidence de l'Agglo.  

Touzellier-Fabregoul : un duo à l'éco

Dans ce silence quasi religieux, Objectif Gard lance ses pronostics. Votre journal soumet même quelques idées à l'exécutif communautaire. C'est gratuit ! Historiquement, Nîmes Métropole s’est appuyée sur deux services clefs : le développement économique et le transport. Pour les gérer, mieux vaut s'entourer d'hommes ou de femmes - mais c'est difficile car il n'y a que deux vice-présidentes - de confiance. Élu premier vice-président, le maire de Générac, Frédéric Touzellier, semble le candidat idéal dans l'aménagement du territoire. D'ailleurs en ce moment, l'édile planche sur la seconde vie à donner à la gare de Générac. Dans le prolongement, l'élu LR pourrait même présider le Scot (Schéma de Cohérence Territoriale), ce qui répondrait à la volonté de Franck Proust de voir cette présidence confiée à un élu de Nîmes Métropole.

Au Scot, le gros travail de révision du schéma a été réalisé par le maire de Codognan, Philippe Gras. Mais le Généracois devra veiller à son application avec la mise en service de zone économique Magna Porta autour de la gare Nîmes-Pont du Gard. L'économie, c'est une grosse délégation. Du coup, il vaut mieux apporter du renfort à Frédéric Touzellier. Le maire de Caissargues, Olivier Fabregoul, est un bon candidat. Ce nouveau maire est chef d’entreprise dans la communication... Pratique quand on veut convaincre des entreprises de s'installer sur son territoire. Et puis cela permettait aussi de le récompenser de son soutien à Franck Proust pour la présidence. En politique, on n'oublie rien !

Une surprise aux transports ?

Dans un exécutif, il nous faut toujours des surprises. Qu'aurait été le remaniement d'Emmanuel Macron sans la terreur des prétoires, Me Eric Dupond-Moretti à la Justice ? À Nîmes, notre "terreur" pourrait être le Nîmois Jean-Marc Campello. Son nom ne vous dit rien ? Rassurez-vous, nous non plus... Mais certains en disent beaucoup de bien comme Henry Brin, le président de la Chambre des métiers dans laquelle il est élu. Ce qui nous met la puce à l'oreille pour Jean-Marc Campello, c'est sa nomination, jeudi, au GART (Groupement des autorités responsables des transports). Délégation attrayante, le novice sera certainement aidé par des élus du bureaux et pourquoi pas par l'actuel directeur du service, Marc Duchenne, dont on dit également beaucoup de bien.

Propreté et Finances 

Allez, on continue. Parlons poubelles maintenant ! À Nîmes, c'est le viticulteur Bernard Angelras qui s'occupe de la propreté. Du coup, par souci de cohérence et d'efficacité, pourquoi ne pas affecter cette compétence au Nîmois ? Pas bête, non ? L'idée a certainement traversé l'esprit de Franck Proust qui entend ainsi attribuer à son deuxième vice-président une vaste délégation. Et autorisons nous toutes les audaces, Bernard Angelras pourrait aussi récupérer la présidence du Sitom sud Gard (syndicat intercommunal de traitement des ordures ménagères). Vous savez, celle occupée par la bête noire du maire de Nîmes, un certain Hervé Giély... La tâche revêt de grands enjeux : mise en place (ou non) du tri sélectif dans tous les quartiers nîmois et surtout, renouvellement du marché pour la gestion de l’incinération en 2021, déléguée actuellement à Véolia. 

Après l'économie, les transports, les poubelles, il y a l'argent... Ce n'est pas toujours un cadeau. Enfin ça, c'est le rapport de la Chambre régionale des comptes qui a passé au crible les comptes de l'intercommunalité qui devrait le dire. À qui Franck Proust pourrait-il confier le portefeuille ? Là, il y a un dilemme. Son ex-concurrent et maire de Saint-Gilles, Eddy Valadier, a un profil plus que séduisant. Dans sa cité, l'homme a redressé les comptes tout en décrochant de juteuses subventions pour ses investissements. Intéressant pour le président qui a déjà promis beaucoup sur les transports. En plus, sa nomination permettrait définitivement d'enterrer la hache de guerre. Sauf que là-aussi, Eddy Valadier a de la concurrence... Le maire de Lédenon Frédéric Baume qui, cette année, a envie de siéger à l'Agglo (ce n'était pas le cas lors du précédent mandat) est retraité du milieu bancaire. Un banquier aux comptes, c'est pas mal aussi.

Et le reste ?

Si le maire de Lédenon s’occupe des Finances, qui gérera la délégation dédiée aux relations avec les usagers ? Une nouvelle compétence imaginée sur-mesure par Franck Proust. Gilles Gadille, ex-vice-président en charge de l’administration a un profil intéressant... Quant aux sacro-saints fonds de concours, on sait déjà que le maire de Marguerittes, Rémi Nicolas, est sur le coup. Tandis que dans la Vaunage, le maire de Saint-Dionisy et président de TPNA, Jean-Christophe Gregoire, se prépare certainement à s'occuper du projet de plateforme de fret de Garons. Un projet pour lequel Franck Proust s’est prononcé favorablement pendant la campagne. Il n'y a jamais de hasard en politique...

S'il est déjà long, notre casting est loin d'être complet. D'autres vice-présidences et délégations d'élus restent à définir. Pèle-mêle, on propose Richard Tibérino, ex-adjoint à la sécurité de la Ville de Nîmes, pour créer la police intercommunale. Quant au conservatoire intercommunal qu'a imaginé Franck Proust, on verrait bien Joël Vincent, le maire de Saint-Gervasy et passionné de musique gérer le dossier. En attendant, rendez-vous donc la semaine prochaine pour la présentation officielle des délégations.

Coralie Mollaret 

coralie.mollaret@objectifgard.com

 

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité