Actualités

GARD L’université de Nîmes s’engage contre la précarité menstruelle

Le site Vauban de l'université de Nîmes (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif gard)

Des distributeurs de protections hygiéniques ont fait leur apparition sur les différents sites de l'université de Nîmes. 

Les étudiantes de l’université de Nîmes ont désormais accès à des protections hygiéniques gratuites grâce à des distributeurs répartis sur les différents sites de l’université. Porté par l’association étudiante TRACE (association transfilière contre la précarité étudiante), en partenariat avec les associations Droit et Design, ce projet novateur, le premier en Occitanie, a pour objectif de lutter contre la précarité menstruelle qui touche de nombreuses étudiantes.

Selon une étude réalisée par TRACE auprès des étudiantes de l’université, 41,5% des sondées indiquent avoir déjà été en manque de protections au moins une fois au cours d'un cycle. Le coût de ces protections peut être un frein : environ 10 € par mois soit 120 euros par an selon l’association.

Grâce au soutien logistique et financier de l’établissement à travers la CVEC (Contribution à la vie étudiante et de campus), l’appui du service de Médecine préventive et de promotion de la santé et la participation du CROUS Montpellier Occitanie, l’association a pu mener à bien ce projet d’un montant de 19 000 euros. Pour plus de discrétion et de praticité, quatre distributeurs en libre-service ont été répartis dans les toilettes des sites de l’université : deux sur le site Vauban, un sur le site Hoche et un sur les Carmes.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité