A la uneActualités

SAINT-CHAPTES À tout juste 20 ans, Corentin Ravel ouvre son studio de production

Les studios de Ravel'Prod sont ouverts du lundi au samedi, uniquement sur rendez-vous. (Photo Corentin Migoule)

Lassé de passer les musiques des autres, celui qui a appris le métier de DJ dans les fêtes votives s’est donné les moyens de ses ambitions pour créer son propre studio de production, implanté à Saint-Chaptes depuis à peine un mois.

S’il n’a que 20 ans pour l’état civil, Corentin Ravel, par sa réflexion sur le monde auquel il est confronté, donne l’impression d’avoir déjà vécu mille vies. Confiant mais pas présomptueux, ambitieux mais pas prétentieux, le Saint-Chaptois a réalisé une partie de son rêve en ouvrant son propre studio de production, quelques mois après l’obtention d’un BTS audiovisuel option "métiers du son", assorti d’une certification de montage d’images.

Une suite plutôt logique mais pas tracée d’avance pour le jeune homme qui a grandi à Congénies, en apprenant le métier de DJ sur le tas : « J’ai sympathisé avec DJ Andréo. Il m’a fait monter plusieurs fois en cabine avec lui et petit à petit j’ai commencé à mixer dans les fêtes de village. »

Chez les Ravel, la musique est une affaire de famille. Les sept années de piano effectuées par Corentin offrent une base solide à sa réussite dans sa nouvelle activité professionnelle entreprise le mois dernier, mais amorcée depuis bien plus longtemps. « Ça faisait plusieurs mois que j’y pensais, bien avant la pandémie. Je prenais du plaisir à mixer et j’en prends toujours mais ce n’est plus le cœur de mon métier. Au bout d’un moment tu ne peux plus te contenter de passer la musique des autres. Il faut franchir un cap. » Ce cap, Corentin Ravel l’a franchi en investissant toutes ses économies dans le local qu’il a fallu aménager, de sorte que l’entrepôt qu’il était devienne un studio de production tout équipé avec du matériel dernier cri.

Un mois après son installation, l’heure est au premier bilan : « C’est un très bon démarrage au vu du contexte actuel. Je n’ai aucun doute sur le fait que ça fonctionnera. Il y a de la demande car il y a des artistes partout, que ce soient des chanteurs, des musiciens ou des DJ’s qui font appel à moi pour la création d’intro ou l’enregistrement de voix. » La variété de son métier, c’est d’ailleurs ce qu’apprécie le jeune homme qui assure la phase d’enregistrement, le mixage, puis le mastering, qui correspond à un lissage relatif au support final de diffusion, soit la dernière étape avant le rendu d’un projet.

« Que l’artiste ne s’occupe de rien d’autre que de sa musique »

Et s’il a plus d’affinités avec la deep-house, sorte "d’électro posée" qu’il affectionne, Corentin Ravel s’efforce d’écouter ce qui se fait dans le milieu urbain, afin d’être en mesure de répondre aux demandes de jeunes rappeurs qui le sollicitent pour des instrumentaux. La réalisation de clips vidéo institutionnels, pour des entreprises, ou pour mettre en images la chanson d’un artiste, est aussi dans ses cordes. « Je travaille avec un prestataire qui a le matériel adéquat. Même si de par ma formation je suis en capacité de le faire. Mais pour proposer une prestation qualitative à 100 %, je préfère passer par lui », indique le jeune entrepreneur.

Perfectionniste, surtout lorsqu’il s’agit de son travail, le Saint-Chaptois a plus d’une centaine de productions sous la main, qu’il n’a pas encore souhaité livrer au grand public, car « elles ne sont pas au niveau. Je ne suis pas à 100 % de ce que je peux faire ». Cette rigueur jusqu’au-boutiste qu’il s'applique à lui-même déborde parfois sur ses clients : « Après un enregistrement, un chanteur était content du résultat mais je lui ai dit qu’on allait la refaire. Car je savais qu’il avait les capacités pour faire mieux. Et en effet, la tentative suivante était bien mieux. », raconte-t-il hilare. Pas étonnant de voir le jeune gardois quitter parfois le studio lorsque le soleil est en passe de se lever.

Et si le choix de s’implanter au cœur du triangle Nîmes-Alès-Uzès n’était pas anodin, Corentin Ravel n’entend pas se contenter éternellement d’une clientèle locale et espère franchir les frontières de l’Occitanie. Dans cette optique, un partenariat avec un gîte partenaire qui assurera le logement et la demi-pension des artistes vient d’ailleurs d’être élaboré. « Le but étant que l’artiste ne s’occupe de rien d’autre que de sa musique, qu’il soit dans les meilleures dispositions lorsqu’il vient chez moi », conclut le jeune entrepreneur qui ne laisse décidément rien au hasard.

Corentin Migoule

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité