ActualitésEconomie

GARD « Ce n’est plus l’heure des discussions, mais celle des mises en demeure », selon Denis Allegrini de l’UMIH

Denis Allegrini, vice-président et président par intérim de l'UMIH 30. (Photo : DR)

Les cafetiers, restaurateurs, hôteliers mais aussi fournisseurs, agriculteurs et artistes sont appelés à manifester ce vendredi 9 octobre à Nîmes, pour réclamer « des mesures concrètes » afin de relancer leur activité dans un contexte difficile lié à la situation sanitaire.

Vendredi dernier, soit le 2 octobre, Denis Allegrini, président par intérim de l’Union des métiers et des industries de l'hôtellerie du Gard (UMIH 30) et Éric Giraudier, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Gard (CCI 30) ont été reçus en préfecture par Didier Lauga accompagnée de la directrice de la DIRRECTE, Florence Barral Boutet. « Le préfet est à l’écoute et entend toutes les problématiques de notre branche », précise Denis Allegrini.

« Cependant… » Et à ce moment-là le président du syndicat sort du cadre local pour se tourner vers le national. « …on ne sait plus ce qu’il faut faire. Ce que nous subissons, c’est inhumain. Ce n’est pas juste. » Denis Allegrini tire la sonnette d’alarme et pointe du doigt « des mesures prises par le Gouvernement à la hâte, sans aucun sens et insatisfaisantes pour les professionnels du secteur CHRD (cafés, hôtels, restaurants, discothèques, Ndlr) ».

Des huissiers devant leur porte

Des professionnels qui ont subi de plein fouet les effets du confinement. Malgré une saison touristique estivale jugée « satisfaisante même si elle a été tardive », certains ont du mal à s’en relever. D’autant qu’aux restrictions post-confinement s’ajoutent les ajustements – différents selon les villes et les départements – en raison de la hausse des nouveaux cas de coronavirus.

Parmi les mesures montrées de l’index, la possibilité pour les entreprises de contracter un PGE (Prêt garanti par l’État) afin de renflouer leur trésorerie des entreprises. « Mais on n’a aucune visibilité, aucune garantie sur les taux. On ne sait pas exactement comment ça va se passer. Et puis, on n’alimente pas une trésorerie avec un prêt, souligne Denis Allegrini. On ne parle pas des assureurs, on ne parle pas non plus des loyers. Les bailleurs aujourd’hui nous envoient des mises en demeure, des huissiers pour des loyers impayés.»

« Depuis six mois nous sommes gentils, nous discutons. Mais aujourd’hui, ça ne va pas. Ce n’est plus l’heure des discussions mais celle des mises en demeure et des huissiers devant les portes », gronde le président de l’UMIH 30. Les professionnels de la branche CHRD, adhérents ou non du syndicat, ainsi que les représentants de leurs filières de prestataires et fournisseurs, représentants des organisations consulaires et autres organisations patronales sont appelés à manifester ce vendredi. Le rendez-vous est donné sur le parvis des arènes de Nîmes à partir de 15h.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité