A la uneActualités

ALÈS Conseil communautaire : Alès Agglomération au chevet des sinistrés

Christophe Rivenq, président d'Alès Agglomération. (Photo Tony Duret / Objectif Gard)
Christophe Rivenq, président d'Alès Agglomération. (Photo Tony Duret / Objectif Gard)

Le conseil communautaire, qui s’est tenu hier soir dans la salle des assemblées du bâtiment Atome, a donné l’occasion à Christophe Rivenq d’entreprendre plusieurs mises au point, avant d’inviter les élus des 72 communes membres à voter une trentaine de délibérations où l’impact de la pandémie sur l’économie et les récentes intempéries avaient toute leur place.

Après avoir introduit le conseil communautaire en donnant des nouvelles rassurantes de l’absent, Max Roustan (testé positif au coronavirus la semaine dernière), maire d’Alès et premier vice-président d’Alès Agglomération, Christophe Rivenq annonçait d’emblée des nouvelles moins réjouissantes à l’issue d’une réunion avec le préfet. « Sachez que le département du Gard a vu son taux d’incidence croître de 110 à 163 (163 positifs pour 100 000 habitants, NDLR). Nos hôpitaux ne sont pas à saturation mais le taux de positivité est passé de 1,7 à 11 % en un mois. » Et d’appeler la population à redoubler de vigilance : « Même si le taux d’incidence à Alès semble bien en-dessous de la moyenne départementale, ne vous relâchez pas. C’est une deuxième lame qui pourrait ''finir'' notre économie. »

Et d'économie il a très vite été question avec l’annonce des chiffres du chômage pour le secteur alésien, « toujours trop haut », mais en baisse perpétuelle pour le huitième mois consécutif avec -1,3 point pour s’établir à 11,3 %. L’heure des mises au point est ensuite arrivée avec le projet d’extension des thermes des Fumades, un dossier de près de 25 millions d’euros, qui a suscité « a minima dix ans de travail », « des réunions multiples » et pour lequel un « arrêté d’opposition a été signé par un fonctionnaire », provoquant l’agacement du préfet qui n’en avait pas été informé. Quant à l’épineux sujet de la prison, le président de l’Agglo a martelé sa volonté de la voir s’implanter sur le secteur : « Il faut tout faire pour trouver un lieu. Ce serait la reconnaissance définitive de la puissance de notre territoire. Tout n’est pas cuit. »

Les 112 élus (à quelques exceptions près) rassemblés dans l'enceinte du bâtiment Atome hier à l'occasion du conseil communautaire. (Photo Corentin Migoule)

Une fois ces points abordés, il s’agissait d’entrer dans ce que le président a appelé « le principal dossier de la séance », à savoir, le vote d’un budget supplémentaire destiné à réparer les dégâts causés par la crise sanitaire, qui a occasionné 750 000 euros de dépenses supplémentaires et plus d’un million d’euros de perte de recettes.

Un plan de relance de 3 millions d'euros

Forte de sa compétence économique, l’Agglo a dès lors présenté son plan de relance. Trois millions d’euros sont ainsi débloqués pour redynamiser ou tout au moins maintenir à flot l’économie locale. Ainsi, un million d’euros concerne le fonds de concours, ouvert aux communes, pour la valorisation de patrimoine ou d’équipements, dont a minima 200 000 euros pour les communes impactées par les inondations. 500 000 euros vont à destination de la charte forestière, 750 000 seront alloués aux entreprises diverses et 650 000 à l’acquisition de patrimoine. Une délibération qui a occasionné quatre abstentions.

Enfin, suite aux importants dégâts causés par la tempête Alex, Christophe Rivenq a annoncé une aide de 20 000 euros à destination de Nice métropole, concédant que « ce n’est pas grand-chose mais on risque nous aussi un jour d’avoir besoin de nos voisins. »

Corentin Migoule

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité