Actualités

UZÈS Grève au Mas Careiron : les syndicats veulent un traitement équitable entre tous les personnels

Les syndicats demandent plus d'égalité dans l'attribution de la prime Covid entre les différentes professions. Et aussi que cette augmentation passe à 300 €. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Une quarantaine de personnels étaient mobilisés devant le Mas Careiron, répondant à l'appel à la grève de CGT et Sud. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Les syndicats Sud et CGT ont lancé un appel à la grève au Mas Careiron d'Uzès, le jeudi 15 octobre. Une quarantaine de personnes s'est mobilisée devant l'entrée de l'établissement. 

"On se mobilise pour deux axes principaux : le Segur est insuffisant en moyens et en effectifs. Il y a aussi une iniquité entre les services", introduit Edouard Gloanec, secrétaire du syndicat Sud au Mas Careiron. Aux yeux des deux syndicats, la hausse de 183 € nets mensuels des salaires est insuffisante face aux 300 € qui étaient demandés. Une demande a été faite au niveau national pour relever cette augmentation, une pétition est aussi en ligne. D'autant que cette somme n'a pas été attribuée à tous les personnels. "Les personnels médico-sociaux sont exclus de toute augmentation. Aujourd'hui, on fait face à une division sur cette prime covid où on oppose les agents les uns aux autres", affirme-t-il.

"Le Segur prévoit 7 500 recrutements alors qu'il en faudrait 100 000. Ça ne fait que cinq agents par établissement en moyenne", poursuit-il. Il parle des "collègues des urgences" obligés de trier et retarder des opérations pour faire face à la deuxième vague. "Il n'y a pas de respect des droits des agents qui enchaînent des matins-soirs et six jours d'affilés", continue le secrétaire du syndicat Sud.

Stéphane Vervacke, membre du collectif ''Travail social du Gard'', a également pris la parole pour apporter son soutien à cette mobilisation. "Il y aura une grande grève sociale le 3 décembre", précise-t-il.

Les syndicats demandent plus d'égalité dans l'attribution de la prime Covid entre les différentes professions. Et aussi que cette augmentation passe à 300 €. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Edouard Gloanec a bon espoir que "cette mobilisation porte ses fruits", malgré un mouvement "en demi-teinte" au Mas Careiron. Un rassemblement a également eu lieu à Saint-Hippolyte-du-Fort à midi ce jeudi. De quoi signifier que le "monde d'après n'a pas changé".

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité