Actualités

MAGNA PORTA Une opération de semence pour protéger les terres agricoles

Un message et un ver de terre grandeur nature pour sensibiliser (Photo Corentin Corger)

Ce samedi matin, une vingtaine de personnes, dont plusieurs membres d'Attac, s'est réunie sur l'avenue Feuchères avant de prendre le train en centre-ville pour se rendre à la gare Nîmes Pont du Gard afin de dénoncer l'artificialisation des terres agricoles en semant des graines en pagaille. 

Ce samedi des opérations sont organisées partout en France sous la bannière du collectif "Plus jamais ça", qui regroupe une vingtaine d'associations, appelant à des mobilisations citoyennes autour des enjeux de l'agriculture et de l'alimentation. À Nîmes, c'est une action joyeuse et originale qui s'est déroulée ce matin menée par l'association Attac qui lutte pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne.

Une vingtaine de personnes s'est retrouvée au milieu de l'avenue Feuchères de Nîmes avec quelques pancartes et des messages qui donnaient une indication claire de la manoeuvre du jour : "140 ha = 140 vaches ", "Des oignons ! Pas de bétons !", "Moins de supermarchés, plus de super maraîchers", et "Laissez les terres aux vers de terre !". Un dernier slogan visible en premier illustré par un ver de terre grandeur nature fabriqué d'un drap et tenu par plusieurs militants.

Protéger les terres agricoles

Après le briefing, le cortège s'est dirigé vers la gare du centre-ville pour prendre la navette TER qui mène jusqu'à la gare Nîmes Pont du Gard située à Redessan. L'occasion durant ce court trajet de sensibiliser les passagers et une fois arrivée sur place de semer en pagaille des graines de blé pour symboliser la présence de paysans auparavant. "C'est pour dénoncer l'artificialisation des terres sur ce site de Magna Porta où des ressources millénaires ont été bafouées et mis en friche pour construire des projets dont les gens n'ont ni envie ni besoin", commente Valentine qui s'inquiète quant à notre alimentation future en circuit-court.

Si la gare est bien installée, le collectif est préoccupé par le futur de cette zone et l'achat d'un terrain de 2,3 M€ par Nîmes Métropole pour réaliser divers projets. Un aménagement sur 140 hectares de terres agricoles confié à la SPL Agate. Ces citoyens veulent protéger ces terres de la Vistrenque et des Costières qu'ils considèrent comme les meilleures du département pour maintenir une agriculture de proximité. Avant de monter dans le train, les militants ont été salués par l'élu d'opposition Vincent Bouget venu "saluer leur combat."

Corentin Corger

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité