ActualitésEconomie

LES ANGLES Hugo Camusso lance une gamme de bonnets recyclés et fabriqués en France

L'Anglois Hugo Camusso est à la tête du Bonnet français (DR)

Après le Gang de grands-mères et le Bonnet français, l’Anglois Hugo Camusso poursuit dans le textile made in France en lançant une gamme de bonnets, écharpes et bandeaux issus de fibres recyclées.

L’idée lui trottait depuis un bon moment dans la tête : « Le confinement m’a permis d’avancer sur cette idée de gamme entièrement recyclée », rejoue Hugo Camusso. Car la mode fait partie des industries les plus polluantes et l’entrepreneur anglois a voulu agir à son échelle.

Concrètement, la gamme est fabriquée à partir d’un fil recyclé à 100 % par la Filature du parc, dans le Tarn-et-Garonne. Le fil est réalisé « à partir de résidus de production et de vieux vêtements, mixés pour arriver à un ratio de 75 % de laine, 20 % de polyamide et 5 % d’autres fibres », présente Hugo Camusso. Et ce n’est pas parce que c’est recyclé que ça ne va pas durer : « Ce mélange permet une longévité et une résistance des fibres », promet-il.

Cette matière première est ensuite envoyée en Haute-Loire où les articles sont tricotés. Les grands-mères du Gang de grands mères, avec lesquelles Hugo Camusso a démarré il y a quelques années, sont également impliquées dans le Bonnet français. « Nous travaillons avec elles pour la pose des étiquettes et des griffes, et nous versons un pourcentage à leur association », précise Hugo Camusso.

Aujourd’hui, le Bonnet français, qui porte ce projet de gamme 100 % recyclée, et le Gang de grands mères sont deux marques distinctes, le Gang ayant été racheté par l’ancien rugbyman Sébastien Chabal. Hugo Camusso continue à s’y impliquer en tant que brand manager, et gère en parallèle le Bonnet français.

Pour financer ce nouveau projet, Hugo Camusso a lancé un financement participatif au début du mois d’octobre. Et ça a marché : à l’heure où nous écrivons ces lignes, l’objectif de 100 préventes était largement dépassé, avec 210 inscriptions. La campagne est encore ouverte jusqu’au 7 novembre.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité