Actualités

UZÈS Eau et assainissement : les services techniques répondent au groupe d’opposition « Uzès s’engage »

Jean-Luc Chapon, maire d'Uzès, et Hubert Luperini, directeur des services techniques. (Thierry Allard / Objectif Gard)

La semaine dernière, le groupe d'opposition "Uzès s'engage" avait organisé un point presse pour parler des rapports sur l'eau et l'assainissement 2019, présentés trop brièvement à leur goût au conseil municipal du 21 octobre. Ils ont relevé plusieurs points qui les interrogeaient sur leur bonne gestion. Les services techniques de la Ville se sentant directement mis en cause dans leur compétence et la qualité de leur travail, ont tenu à apporter des réponses. 

En préambule, le maire, Jean-Luc Chapon, a signifié : « en voulant s’en prendre à la municipalité Chapon, le groupe politique Uzès s’engage n’ayant pas digéré leur défaite cinglante aux élections municipales, attaque le travail des services techniques de la ville. Nous laissons donc la parole aux services ».

Lors du point presse, Éric Defretin, colistier de "Uzès s'engage" non élu, parlait d'une présentation fallacieuse du prix de l'eau sans prendre en compte les taxes. Pour les agents des services techniques, il n'y a aucune "confusion entre le prix du service de l’eau à 1.88€ et le prix réel 3.88€. Le prix de l’eau selon la législation se calcule sur la base d’une facture de 120 m3. Sur Uzès, il est bien de 1.88€/m3 pour les foyers non raccordés à l’assainissement et de 3.64€/m3 pour ceux raccordés à l’assainissement."

Une nette amélioration du rendement de l'eau depuis 2017

Dans les rapports sur l'eau, on constate que le rendement est de 77% c'est-à-dire le volume d'eau consommé sur celui qui a été ponctionné de la nappe. Entre 2012 et 2019, le rendement est passé de 65% à 77,5%. Et les pertes en eau ont diminué de 467 614 m3 à 270 048 m3. "Cette très nette amélioration depuis 2017 a plusieurs explications : un meilleur contrôle des compteurs de ville, la réduction voire la suppression des arrosages d’espaces verts, l’installation des stades en synthétique, la recherche active de branchements illégaux ou sans compteurs, la lutte contre la fraude...", liste Hubert Luperini, directeur des services techniques.

Et de poursuivre : "Les volumes non facturés sont effectivement au sens de la loi, une estimation car ils englobent les équipements communaux, les poteaux incendies, les fuites ou casses de réseaux, les dégrèvements selon la loi Warsmann, les vols d’eau… Nous pouvons toujours mieux faire et nous travaillons au quotidien pour améliorer cette situation dont nous avons héritée. Pour preuve, nous sommes passés de 260 000m3 en 2016 à 140 000 m3 en 2019."

56% des compteurs d'eau d'Uzès ont moins de 10 ans

Concernant l'assainissement, le groupe d'opposition "Uzès s'engage" interrogeait la part polluante de l'usine Haribo dans la station d'épuration et comment cela se répercutait financièrement sur les factures. Hubert Luperini éclaircit : "La société Haribo rejette ses effluents après pré-traitement à la station d’épuration. Il est convenu par convention signée en décembre 2014 du calcul de la redevance industrielle au prorata de la charge de pollution. Les rejets de l’année 2019 représentent 11 651 m3 pour un montant de 82 171.50€ soit un prix moyen au m3 de 7.05€."

Sur les 6 038 compteurs installés dans la ville d'Uzès en 2019, 56% soit 3420 unités ont moins de 10 ans, 26% soit 1575 unités ont entre 10 et 20 ans, et 17% soit 1043 unités ont plus de 20 ans. "Les services municipaux procèdent au remplacement d’environ 500 compteurs par an soit 34% de compteurs remplacés depuis 5 ans. L’objectif sous 4 ans est le remplacement de tous les compteurs de plus de 15 ans (durée de vie moyenne
d’un compteur). Ce rythme de remplacement de 500 compteurs par an, qui devra être maintenu, permettra le renouvellement des compteurs tous les 12 ans", poursuit le directeur des services techniques.

"Nous ne pouvons accepter que le travail des agents municipaux soit dénigré"

Quant aux branchements en plomb présents sur la commune, ils sont systématiquement supprimés à chaque fois que des travaux sont réalisés. En 2019, huit ont été enlevés. Autre information sur la loi Warsmann : "Les abonnés qui constatent une fuite après compteur ont la possibilité de demander l’application d’un dégrèvement selon les termes de la loi Warsmann. En 2019, les services ont déclaré 19 abonnés au 1er semestre et 45 abonnés au 2e semestre pour un volume total de 16 134 m3 qui bascule dans les volumes non facturés. La liste par compteur et volume est consultable en mairie."

Le groupe d'opposition avait avancé le chiffre de 1 million d'euros de perte en eau à cause des fuites. Une estimation bien supérieure à la réalité pour les services techniques qui d'après leurs calculs en arrivent à 46 058.45 €.

Hubert Luperini rappelle que tous les éléments ci-dessus étaient indiqués dans les rapports présentés au conseil municipal du 21 octobre. Le directeur des services techniques était lui-même présent dans le public pour répondre aux éventuelles questions. "Nous ne pouvons accepter que le travail des agents municipaux soit dénigré et instrumentalisé à des fins politiques d’autant plus lorsque les éléments avancés sont faux et témoignent d’une véritable méconnaissance du dossier. Le bureau des services techniques est ouvert à tous, les équipes sont apolitiques et disponibles pour répondre à toutes les questions que peuvent se poser les Uzétiens", conclut-il.

La plupart des données sont vérifiables sur le site services.eaufrance.fr

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité