A la uneActualitésSociété

GARD Coronavirus : les enseignants en grève pour obtenir « un plan d’urgence » dans l’Éducation nationale

Les enseignants du lycée Hemingway ont manifesté (photo Norman Jardin / Objectif Gard)

Les différents syndicats de l’enseignement appellent ce mardi à une journée de grève, qualifiée par certains de « grève sanitaire ». Dans le Gard, deux rassemblements étaient organisés ce matin à Alès, puis à Nîmes, à l’invitation du SNUIPP-FSU, le syndicat majoritaire dans le premier degré.

« Dans l’Éducation nationale comme dans l’enseignement supérieur et la recherche, le manque de moyens devient insupportable dans la situation de crise sanitaire que nous vivons », expliquent les différents syndicats de l’enseignement et plusieurs syndicats étudiants dans un communiqué commun.

À Alès, ce mardi matin, ils étaient une cinquantaine environ, des enseignants venus des écoles, collèges et lycées de la ville et même des alentours, réunis devant le lycée Jean-Baptiste-Dumas. Parmi eux, la co-secrétaire départementale du SNUIPP-FSU, Dany Bénézet, professeure des écoles à Alès. Pour elle, c’est clair, « le ministère n’a pas anticipé la rentrée de septembre, et encore moins celle là, post-deuxième confinement. Nous avons exactement les mêmes moyens qu’en février. »

Alors dans ce contexte de crise sanitaire, les enseignants sont obligés de s’adapter. « Nous avons des problèmes de postes pour pouvoir éventuellement diminuer le nombre d’élèves par classe, et nous avons un gros problème de remplacement des professeurs dans le premier degré. Il y a beaucoup de personnes en arrêt, et aux arrêts ordinaires se rajoutent ceux des malades de la covid, et les cas contacts », poursuit la syndicaliste. Face à cette situation, « il n’y a rien, que dalle. On répartit les enfants et on les brasse », ajoute-t-elle.

Pour les manifestants, le problème des moyens est criant. « Il faut un vrai plan d’urgence pour recruter sur liste complémentaire des enseignants, des psychologues scolaires, des médecins scolaires, des infirmières », affirme Dany Bénézet, interrompue par une de ses consœurs : « Je suis enseignante, et on me demande, à moi, de repérer les symptômes chez mes élèves ! » « Cette crise révèle les carences que nous dénonçons depuis des années dans l’Éducation nationale en termes médicaux et psy », reprend la syndicaliste.

Ce mardi matin, lors de la manifestation des enseignants devant le lycée Jean-Baptiste-Dumas, à Alès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Pour autant, personne ici ne veut voir les écoles fermer à nouveau leurs portes. « C’est toujours mieux de rester ouverts. En septembre nous avons retrouvé des élèves avec une perte de savoirs et de savoir-être. Certaines familles ont été démunies pour la continuité pédagogique », affirme Dany Bénézet. Par ailleurs, les manifestants reprochent à leur ministère « un manque de transparence. Depuis la rentrée on demande un bilan chiffré (des élèves et enseignants contaminés par le virus, ndlr), et on ne l’a pas », résume Dany Bénézet.

Tout à côté, des élèves du lycée JBD attendent au soleil leur prochaine heure de cours. Ils soutiennent le mouvement des enseignants : « On a fait le blocus la semaine dernière pour les mêmes raisons », expliquent Jeanne et Romane. Au lycée, les emplois du temps ont été aménagés pour limiter le brassage d’élèves, « mais c’est très mal organisé », affirment les deux lycéennes.

À Nîmes, ils étaient une centaine sur l’esplanade Charles-De-Gaulle ce mardi en fin de matinée. Sous les bannières du SNES-FSU, la CGT ou FO, les enseignants manifestaient pour réclamer des nouvelles mesures sanitaires. Ils estiment que les conditions ne sont pas réunies dans les établissements scolaires pour assurer la sécurité des élèves et des enseignants contre le coronavirus.

Présent ce matin, Boris Thubert (co-secrétaire départemental de la FSU) dénonce l’absence de distanciation physique. « On est entassés les uns sur les autres. Aujourd’hui, se retrouver à plus de 30 dans une classe, ce n’est pas raisonnable et c’est très mal anticipé. Il ne faut pas plus de 15 élèves par classe. Le personnel de nettoyage est étouffé par les contraintes actuelles et il n’arrive pas à suivre. Il faut embaucher des personnes dans ce secteur. »

Cécile Hernandez est inquiète (photo Norman Jardin)

Cécile Hernandez est venue avec son drapeau du SNES-FSU et elle témoigne des difficultés qu’elle rencontre au lycée Albert-Camus. « Certains de nos couloirs sont très étroits et il est impossible de circuler sans se toucher. Nous avons le sentiment que nous faisons prendre des risques aux élèves. Nous ne voulons pas les lycées soient amenés à fermer comme les universités. Ce serait le pire scénario possible pour les élèves et aucun professeur ne le souhaite. » Pour les manifestants qui se sont retrouvés à Nîmes la situation est grave et, selon eux, : « Il y a urgence. »

Norman Jardin (à Nîmes) et Thierry Allard (à Alès)

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

2 réactions sur “GARD Coronavirus : les enseignants en grève pour obtenir « un plan d’urgence » dans l’Éducation nationale”

  1. Bonjour
    Je crois qu’il serait bon d’indiquer que les autres syndicats ont aussi appelés à la grève, pour une fois que l’on a une intersyndicale.
    Merci
    Eric

  2. Bref, les hôpitaux sont en ruine, l’éducation nationale est en ruine, la police est en ruine et les tribunaux sont en ruine. La France est un pays en voie de sous développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité