A la uneActualités

CORONAVIRUS La seconde vague dans le Gard et la région en graphiques

(Image d'illustration / Objectif Gard)
(Image d’illustration / Objectif Gard)

Depuis mars dernier, l’Agence régionale de santé (ARS) Occitanie communique régulièrement les chiffres de la pandémie dans le région et dans notre département.

Des chiffres qu’Objectif Gard a compilé afin de les mettre en perpective à l’aide de graphiques. Ces outils permettent de mieux savoir où nous en sommes de cette pandémie qui a, selon les derniers chiffres disponibles, causé la mort de 194 personnes en établissements de santé dans notre département.

Nous poursuivons l’actualisation du premier graphique que nous avons commencé à vous proposer durant le confinement. Ce graphique compile les données communiquées par l’ARS sur les hospitalisations en cours, le nombre de patients en réanimation et le nombre de décès. Il permet de mieux se rendre compte de l’ampleur de la seconde vague qui touche actuellement notre région et notre département.

Et ces chiffres restent préoccupants cette semaine encore. Notre département compte, à mardi soir, 353 personnes hospitalisées, soit 53 de plus qu’il y a une semaine. La hausse de ces dernières semaines s’est même accélérée en fin de semaine dernière. Seule éclaircie, le nombre d’hospitalisations a très légèrement baissé entre vendredi dernier et ce mardi, passant de 359 personnes à 353. S’il est bien trop tôt pour y voir le début de quelque chose, il est déjà à noter que la hausse quasi-exponentielle de cette courbe a, pour l’heure, été stoppée. Pas de quoi se réjouir toutefois, ce niveau d’hospitalisations restant très élevé. Pour mémoire, lors de la première vague, le nombre d’hospitalisations dans le Gard n’avait jamais dépassé les 151 personnes (le 22 avril).

Le même phénomène est observé du côté des réanimations : elles sont plus élevées de 21 cas que mardi dernier (81 patients contre 60), mais ce chiffre s’est stabilisé entre vendredi et ce mardi. Là aussi, cette stabilisation s’opère à des niveaux jamais atteints, près de deux fois ceux observés au plus fort de la première vague (81 patients ce mardi contre 43 le 7 avril dernier).

Enfin, du côté des décès en établissements de santé, la hausse est importante comme jamais depuis le début de la pandémie. Ainsi, à ce mardi soir, 194 personnes étaient décédées de la covid-19 dans les établissements de santé de notre département, c’est 30 de plus qu’il y a une semaine. Cet indicateur est le seul à poursuivre une importante augmentation entre vendredi et ce mardi, avec 15 décès supplémentaires.

Du côté du nombre de cas dans notre région, la tendance est moins mauvaise que lors des dernières semaines : avec 24 366 cas dépistés sur la dernière semaine, notre région voit cet indicateur baisser par rapport à la semaine dernière (27 403 cas à mardi dernier). Peut-être faut-il y voir les premiers effets du nouveau confinement, sans oublier que l’augmentation du nombre de cas en région avait déjà connu une accalmie fin septembre/début octobre avant de repartir de plus belle. Donc si cet indicateur est moins mauvais que lors des dernières semaines, il est encore trop tôt pour y voir un inversement de la tendance. Et ce d’autant plus que cet indicateur est encore très élevé, et témoigne de la circulation du virus dans notre région.

Enfin, dernière série de données sur le nombre de tests pratiqués en région, et la part de ces tests qui s’avère positive. Rien de bien nouveau cette semaine, mis à part le fait que le nombre de tests pratiqués chaque semaine en région augmente sensiblement, pour frôler désormais les 200 000, et que la part de ces tests qui revient positive augmente sensiblement elle aussi, pour se caler légèrement en dessous des 20 % à ce mardi soir (19,6 %, contre 18,7 % mardi dernier).

On le voit sur ces graphiques, le « frémissement » sur le front de la pandémie évoqué il y a quelques jours par le ministre de la Santé, Olivier Véran, pourrait concerner aussi notre département et notre région. Il est cependant encore bien trop tôt pour en tirer la moindre conclusion, les progrès étant pour l’heure encore timides et très récents, et les différents indicateurs restant à des niveaux records.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité