A la uneEconomie

FAIT DU SOIR À Alès, le groupe Capelle réhabilite une friche industrielle pour se développer

Le maire d'Alès, Max Roustan, le président d'Alès Agglo Christophe Rivenq, le président du Groupe Capelle, Jean-Daniel Capelle, et le directeur du Pôle industriel et d'innovation de Capelle, Laurent Condomines, mardi soir à Alès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

« Je ne regrette pas d’avoir conservé ce site ». Signée du maire d’Alès, Max Roustan, la phrase en dit long sur la teneur du projet mené par le groupe Capelle Transports sur l’ancien site de Richard Ducros, à un jet de pierre du centre-ville.

Retour dans le temps. En mai 2011, le groupe Richard Ducros, un historique d’Alès dans lequel, pour la petite histoire, Max Roustan a travaillé cinq ans dans sa jeunesse, met la clé sous la porte. Avec la disparition de cette entreprise, Alès se retrouve avec une friche industrielle de 5 hectares et 20 000 m2 de locaux industriels.

Une pépite, qui attire bien des convoitises. « En 2011 quand nous avons repris ce site, il y avait une pression immobilière forte, et la logique aurait voulu que nous classions le terrain en zone à urbaniser », rappelle le président d’Alès Agglo, Christophe Rivenq. Mais les collectivités tiennent bon et décident malgré tout de conserver à ce site sa vocation industrielle. Une entreprise de chaudronnerie d’y installe dans les années 2010, mais périclite.

Finalement, c’est le groupe Capelle Transports, entreprise familiale cévenole, qui décide de racheter et de s’y installer en juin 2019, avec la bénédiction de la mairie et de l’Agglo. L’entreprise, dont le siège est à Vézénobres et les différentes activités réparties autour d’Alès, y voit une opportunité.

Un site industriel en cœur de ville

« Ce site a l’immense avantage d’être en coeur de ville. Nous avons des fournisseurs qui viennent en train. Les hôtels sont à côté et nos salariés sont globalement plus proches de chez eux », explique le président de l’entreprise Jean-Daniel Capelle. « L’intérêt de ce site est qu’il est en centre-ville, et que sa taille est intéressante en termes de développement », ajoute Laurent Condomines, le directeur du Pôle industriel et d’innovation de l’entreprise, basé sur ce site. La proximité du pôle mécanique, où l’entreprise fait des essais de ses productions, et les synergies possibles avec l’IMT Mines ou le lycée technique ne gâchent rien.

Des exemples de remorques pour le transport "oversize" de Capelle (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ici, Capelle a pu regrouper certaines de ses activités : « Nous y avons installé notre agence de transport oversize (les transports exceptionnels, ndlr) qui étaient à Saint-Privat-des-Vieux, la société KMH, qui fait dans le négoce, la location, la distribution de pièces de rechange et le revamping (la rénovation de remorques, ndlr) qui était aussi à Saint-Privat », développe Laurent Condomines.

Sur ce site, l’entreprise implante aussi Méca Industrie, une de ses filiales qui fait dans la maintenance, le montage et le transfert de tuyauterie et de chaudronnerie aux entreprises, et va y installer après le confinement son école de conducteurs, actuellement basée à Saint-Hilaire-de-Brethmas.

2,5 millions d’euros de travaux

De quoi rationnaliser les activités du groupe et les développer. Par exemple, l’activité de revamping. « Jusqu’à présent, nous ne faisions que dix remorques par an, l’idée aujourd’hui est de capitaliser sur cette compétence et atteindre 60 remorques par an dans un premier temps », explique Laurent Condomines.

L’entreprise, qui se porte bien, compte « une quarantaine de salariés sur ce site pour l’instant, et nous allons créer une vingtaine d'emplois, pour la première étape », explique Jean-Daniel Capelle. Parallèlement à cette première étape, des travaux de rénovation et de réhabilitation du site sont en cours.

« Depuis quinze jours nous avons démarré le désamiantage du site », explique le directeur du Pôle industriel et d’innovation. Il y en a encore pour « 6 à 7 mois de fonctionnement un peu compliqué », estime le président, qui table sur une fin des travaux de rénovation d’ici à l’été prochain. Au total, l’entreprise investit 2,5 millions d’euros dans son projet de pôle industriel et d’innovation sur ce site.

Outre l’aspect industriel, le côté innovation intéresse aussi les élus, notamment sur la problématique du dernier kilomètre, comprenez sortir les camions et fourgons du centre-ville au profit de livraisons propres. « C’est un vrai enjeu, dont nous parlions déjà il y a dix ans, affirme Christophe Rivenq. Ce site est idéal pour ça. » « Nous allons mettre prochainement en place un ''think-tank'' technologique ici », avance Jean-Daniel Capelle.

Bref, une entreprise et des projets ambitieux, sur ce qui était encore il y a peu une friche industrielle dont la Ville et l’Agglo veulent faire un exemple pour la suite. « Et nous avons encore de belles entreprises qui candidatent à Territoires d’industrie, conclut Christophe Rivenq. Nous espérons faire de belles annonces d’ici la fin de la semaine. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité