A la uneActualitésSociété

NÎMES Quand la plage s’invite au pied de la Maison carrée, c’est pour parler du climat

(Photo Anthony Maurin).

Certains disaient que sous les pavés il y avait la plage, à Nîmes et pour lutter contre le réchauffement climatique, la plage était sur les pavés de la Maison carrée.

Le contexte est tout nouveau... En cette année 2038, la municipalité de Nîmes est fière d’être la première ville de France à ouvrir une plage au public au centre-ville au mois de décembre. C'est le point de départ de la saynète réalisée au pied de la Maison Carrée par la Compagnie SpeKtra.

Pour Jérémie Serra du collectif citoyens pour le climat de Nîmes " nous avons imaginé une fable futuriste et décalée d’une ville de Nîmes obligée de vivre différemment a cause du réchauffement climatique. " Nous voulons profiter des belles températures de décembre qui font le bonheur des petits et des grands depuis maintenant quelques années dans notre belle ville des Antonin" annonce le Maire de Nîmes. " Nous avons donc décidé de lancer cette année la première édition de " Nîmes Plage " devant la Maison carrée. Les Nîmois et nos amis visiteurs et touristes sont invités à venir en maillots et avec leur crème solaire pour profiter de la chaleur clémente de décembre. "

(Photo Anthony Maurin).

16 minutes de direct pour un duo qui s'est dévêtu et allongé sur les pavés du forum comme il se serait allongé sur le sable d'une plage. " Nous voulons mobiliser autour de la cause climatique sans organiser une marche. C'est une action symbolique, nous nous projetons dans quelques années, en décembre à Nîmes. C'est rigolo mais c'est un sujet grave. Le réchauffement climatique est en jeu et, un jour après le " black friday ", quintessence de la surconsommation, nous le rappelons. Nous rappelons tout cela cinq ans après les accords de Paris... La machine climatique s'emballe et cet enjeu conditionne notre avenir sur Terre " poursuit Jérémie Serra.

" Par ailleurs, comme nous voulons inscrire Nîmes dans une véritable démarche écologique, nous avons décidé de mettre fin à la patinoire en plein air de Noël, véritable gouffre énergétique au regard des 30°C annoncées encore cette année pour ce mois de décembre. Nous pensons que cette belle initiative est de nature à relancer notre économie, qui souffre beaucoup de l’abandon de la ville par la quasi-totalité des habitants de juin à septembre, pour fuir les chaleurs infernales qui nous frappent depuis six ans " ajoutent les membres du collectif.

(Photo Anthony Maurin).

Compagnie burlesque de danse de rue et de musique, SpeKtra s'est prêtée au jeu de la baignade en décembre et sans eau. C'est Jean-Christophe qui en parle, " Survie artistique ou survie sur la Planète, c'est la même chose aujourd'hui ! Comment continuer à être actif ? Le climat ne doit pas être mis au second plan ! Nous préparons une autre action pour le mois d'avril en plus des futurs marches citoyennes. Nous mettons le théâtre au service de la cause. "

À travers cette fable et une action théâtrale et citoyenne, la compagnie SpeKtra et le collectif citoyens pour le climat de Nîmes ont donc souhaité alerter une fois de plus la population sur les dangers que fait peser notre mode de vie sur le réchauffement climatique et sur l’absolue nécessité de se mobiliser pour limiter au maximum ce réchauffement tout en se préparant aux mieux à vivre avec ses conséquences.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité