ActualitésSociété

ALÈS Pour continuer à exister, Le d’Artagnan ne cesse de se réinventer

Soraya Messeleka, Dorothée Pascal et Julien Laigle devant le nouveau stand de Noël du d'Artagnan. (Photo Corentin Migoule)
Soraya Messeleka, Dorothée Pascal et Julien Laigle devant le nouveau stand de Noël du d'Artagnan. (Photo Corentin Migoule)

Fermée depuis fin octobre jusqu’au 20 janvier prochain au minimum, la brasserie implantée dans la galerie marchande de l’Intermarché des Allemandes a été transformée en restaurant ambulant depuis la fin du mois dernier. Porté par deux cogérantes infatigables et un élan de solidarité inattendu, l’établissement innove encore.

Battu par les flots remuants de la pandémie, le restaurant Le d’Artagnan n’a jamais sombré. Alors qu’elles croulaient sous les relances insistantes des banquiers, Soraya Messeleka et Dorothée Pascal, les deux gérantes, ont fait marcher leur tête et leur réseau d’amis pour se réinventer. Habituées à servir près de 150 clients chaque jour dans leur brasserie située dans la galerie marchande de l’Intermarché des Allemandes, après s’être dotées d’une fourgonnette, les deux jeunes femmes ont activées le mode "restaurant ambulant" en se rendant chaque vendredi et samedi soir, dans des villages aux alentours d'Alès, là où les livreurs d’Uber Eats ne se rendent pas.

Alors que les premiers week-ends dans cette nouvelle configuration ont été un franc succès car « tous nos amis et nos clients fidèles ont joué le jeu en commandant », dixit Soraya Messeleka, après un temps d’abattement au début du reconfinement, cette dernière veut poursuivre sur cette dynamique positive.

En plus de l’aide bénévole de Julien Laigle, ami et patron d’Ice Monkey, qui se démène aux fourneaux chaque midi pour élaborer les plats destinés à la vente à emporter qui se poursuit, les deux gérantes apprécient l’investissement total de Gladys, l’habituelle responsable de salle. Elles ont aussi bénéficié d’un soutien inespéré, celui d’un lecteur assidu d’Objectif Gard, le chef d’entreprise Jean-Philippe Dirrenberger qui, admiratif de leur courage, leur a fait don d’un camion réfrigéré. « Une Rolls Royce », s’enthousiasmait Soraya Messeleka au sujet de son nouvel engin qu’elle a tout de suite aménagé pour ses tournées de fin de semaine.

Un nouveau stand de Noël

Et l’ancienne fourgonnette n’a pas fini aux oubliettes pour autant. Aussitôt, les deux tenancières l’ont transformée en stand traiteur, qui trône désormais à l’entrée de la galerie marchande, devant le restaurant, « avec l’autorisation de la direction d’Intermarché qui nous soutient énormément et nous a même offert l’emplacement. »

Des sushis faits maison, des poke-bowls et des plateaux de fruits de mer sont ainsi proposés à la vente à emporter. À l’approche grandissante des fêtes de fin d’année, le stand joliment décoré est aussi garni de colis de Noël, dont la vente « marche très fort », agrémentés d’un foie gras qui arrive brut de chez Métro avant d’être transformé sur place.

Corentin Migoule

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité