ActualitésPolitique

SAINT-QUENTIN-LA-POTERIE Quels projets pour l’année 2021 dans la commune ?

Des travaux vont être effectués places de la Mairie et Belle croix en réhabilitant les réseaux mais aussi en aménageant un revêtement en céramique. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Des travaux vont être effectués places de la Mairie et Belle croix en réhabilitant les réseaux mais aussi en aménageant un revêtement en céramique. (Marie Meunier / Objectif Gard)

La semaine dernière, nous avons rencontré Yvon Bonzi, maire de Saint-Quentin-la-Poterie, pour faire le point sur les projets en cours et à venir dans cette commune de 3 200 âmes, au cœur de l'Uzège. L'édile nous a fait part d'une réflexion en cours sur l'usage de l'eau. 

"On parle beaucoup de la consommation en eau à l'heure actuelle. Nous travaillons sur un projet - et nous ne sommes pas les seuls car la Région est dessus aussi - c'est le recyclage des eaux usées", introduit le maire. La commune est en train de signer un partenariat avec la société carrières et travaux publics Robert, implantée à Verfeuil, pour qu'elle puisse se fournir en eau dans la commune de Saint-Quentin, à la sortie des eaux usées. "Tout un protocole est en train de se mettre en place", assure le maire.

Pour réaliser ses travaux d'enrobés ou pour alimenter des stations de lavage d'engins de chantier par exemple, l'entreprise n'a pas forcément besoin d'une eau naturelle traitée et contrôlée qui sort des robinets. Au bout de la station d'épuration de Saint-Quentin, des dizaines de mètres cubes d'eau partent en lagunage. Cela représente plus de 100 000 mètres cubes par an qui sont rejetés et s'infiltrent dans le sol sans être utilisés.

L'idée serait donc d'aménager un accès pour que les entreprises puissent puiser cette eau pour l'utiliser pour des fins professionnelles, avec un système de trop-plein. Une installation "pas si fastidieuse ni coûteuse" que le maire estime à 20 000 ou 30 000 €. Une étude de faisabilité est en cours. "On a été une commune pilote en 2010 pour le zéro pesticide. En 2021, on sera peut-être une commune pilote pour le recyclage des eaux usées", s'enthousiasme Yvon Bonzi.

Bientôt un stade pour les rugbymen

Autre sujet : le réaménagement et la mise en valeur du village dans la continuité de 2020. Les réseaux vont être refaits places de la mairie et Belle croix puis un revêtement céramique sera posé sur l'îlot central. Une manière de créer un cheminement pour amener les touristes à visiter la ville et sa quarantaine de potiers et artisans d'art. "Il faut tirer notre épingle du jeu avec la qualité architecturale du village, garder son authenticité", insiste le maire. Les travaux débuteront le 15 janvier.

Yvon Bonzi, maire de Saint-Quentin-la-Poterie. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Du stationnement va être créé un peu à l'extérieur du village. La circulation douce est aussi amenée à se développer avec l'établissement de trottoirs le long de la RD23. Tous les réseaux humides et secs ont déjà été réhabilités et enfouis, avant qu'un rond-point ne soit créé au niveau de la boulangerie. Tout ce chantier est mené en co-maîtrise d'ouvrage avec le conseil départemental.

La Ville a aussi pour projet de créer un terrain de rugby. Sachant que le racing-club saint-quentinois compte environ 180 licenciés, ériger ce nouvel équipement était devenu nécessaire. Pour l'heure, les rugbymen se partageaient un terrain commun avec les clubs de football et de rugby. "On a acheté le terrain, l'appel d'offres est lancé, on aura un retour cette semaine", détaille Yvon Bonzi. Il sera implanté à côté du complexe sportif où s'entraînent déjà les joueurs. Au total, la commune devrait donc disposer de trois stades, équipements qui s'ajouteront au nouveau skate-park inauguré en juin.

Lors du dernier conseil municipal, l'assemblée délibérante a aussi voté l'achat d'une parcelle de 5 hectares à 300 mètres de la place du marché. Ce lieu pourra absorber une partie du stationnement lors de grands événements comme le marché de potiers ou encore le festival Terralha. Il sera entièrement gratuit.

Concernant la destruction de la dernière cheminée industrielle de la commune, "je vois mal le juge revenir sur la première décision"

Yvon Bonzi est aussi revenu sur la fameuse affaire de la destruction de la dernière cheminée industrielle de Saint-Quentin-la-Poterie, prévue dans le cadre de la création d'un lotissement. Une association s'est montée contre la démolition d'un édifice qu'elle attribue à "l’inventaire du patrimoine culturel". Elle a intenté deux actions en justice. Celle sur le fond -pour la sauvegarde de la cheminée- a été rejetée par le juge, mais l'association a décidé de faire appel de la décision. "Je vois mal le juge revenir sur la première décision", commente le maire.

Et à la question de l'association : pourquoi ne pas réduire un tout petit peu le lotissement pour préserver la cheminée, l'édile répond : "Vous avez déjà vu une cheminée au milieu d'un lotissement ? Il y a d'autres sauvetages qui marquent l'histoire du village qui sont plus importants. La poterie, la céramique au cœur du village, c'est ça Saint-Quentin-la-Poterie." Il ajoute que cette cheminée n'aurait "aucun intérêt patrimonial ou architectural, si ce n'est que de mettre de l'argent pour la restaurer" et que depuis 15 ans que sont organisées des visites guidées dans le village, "aucun guide ne s'est approché de cette cheminée."

Le maire attend la fin de la procédure judiciaire mais il reconnaît que ce délai supplémentaire impacte "la trentaine de pré-réservations (sur 47 logements ndlr) de gens en attente d'accéder à la propriété" à des prix 25% moins cher qu'à Uzès. Cette construction signifie aussi recettes fiscales supplémentaires pour la commune qui mise sur son attractivité avec 11 points de restauration, une école...

1,5 millions d'euros sont inscrits au budget de la rénovation du centre socioculturel de Saint-Quentin-la-Poterie. (Marie Meunier / Objectif Gard)

D'ailleurs autre gros projet qui devrait suivre en 2022, c'est la rénovation du centre socioculturel, avenue Léon-Pintard, pour 1,5 million d'euros. Il héberge une trentaine d'associations du village et emploie une trentaine de salariés également. "Le lieu est vétuste, il date de la fin des années 70. La rénovation portera sur la partie isolation, l'accessibilité, la réponse aux exigences écologiques et environnementales, le chauffage, la climatisation...", développe Yvon Bonzi. La salle polyvalente sera entièrement repensée, des bureaux seront créés.

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité