A la unePolitique

OCCITANIE La présidente Carole Delga : « Je me battrai comme une lionne ! »

Avant de rencontrer les commerçants nîmois, la présidente de la Région a eu un temps d'échange avec les journalistes (Photo : Coralie Mollaret)
Avant de rencontrer les commerçants nîmois, la présidente de la Région a eu un temps d'échange avec les journalistes (Photo : Coralie Mollaret)

La présidente socialiste du Conseil régional, Carole Delga, était en visite ce mardi à Nîmes. Un déplacement visant à rencontrer des commerçants touchés par la crise sanitaire. L'occasion aussi de parler politique… 

Élue présidente de l'Occitanie (ex-Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées) en 2015, Carole Delga était en déplacement ce mardi à Nîmes. « Je viens régulièrement dans le Gard. Environ une fois par mois », indique la présidente, soucieuse de défendre « mon implantation dans les territoires. Ce n’est pas un déplacement de campagne ! » Avant de retrouver les élus locaux pour une visite de terrain, l'élue s’est entretenue avec la presse, évoquant pêle-mêle plusieurs sujets. Résumé. 

Les aides de la Région en période de crise

Un peu avant les fêtes de Noël, le conseil régional a voté le budget 2021. « Notre exercice est offensif pour affronter la crise », affiche la présidente, mentionnant « les 300 M€ d’aides aux entreprises, soit le double du budget 2020. » Dans ces crédits, l’on retrouve le fonds L’OCCAL qui permet - en collaboration avec les communautés de communes et chambres consulaires - d’aider les entreprises demandeuses à investir. C’est le cas à Nîmes de Damien Sanchez, gérant du Skab, qui a acheté un nouveau four et refait toute sa communication (cartes de visite, site internet...). La Région a également aidé les commerçants fermés à payer l’équivalent d’un mois de loyer. Une aide plafonnée à hauteur de 1 000€. 

Ce mardi, la présidente de la Région Carole Delga était en visite avec les élus de la ville de Nîmes et du conseil départemental à la rencontre de plusieurs commerçants touchés par la crise (Photo : Coralie Mollaret)

Vaccination : « J’ai poussé un coup de gueule ! » 

La semaine dernière, Carole Delga s’est retrouvée nez à nez avec l'État, lors de la signature du protocole de configuration du contrat de plan État-Région 2021-2027. L’occasion de donner son point de vue sur la campagne de vaccination en France : « J'ai dit que l’organisation n’était pas bonne pour permettre une vaccination massive. J’ai même fait un courrier au Premier ministre pour qu'il y ait une répartition des rôles entre les maires, présidents de Département et de Région. Cela évolue dans le bon sens. » Demain, le préfet se réunit avec plusieurs mairies dont celle de Nîmes pour consolider sa stratégie vaccinale. 

À quand le nouveau contrat de plan État-Région ? 

Attendu avec impatience, ce contrat sélectionne plusieurs projets à financer dans les six ans à venir. « Je demande à l'État d'avoir une lisibilité de ses financements sur six ans et non deux », commente Carole Delga. Concernant le calendrier, les nouveaux contrats seront ratifiés à l’autonome : « Nous commencerons avec des groupes de travail dont la synthèse sera rendue mi-mai », poursuit-elle. Ensuite, « nous ferons une pause le temps de la tenue des élections Départementales et Régionales avant d’arbitrer nos choix en septembre. » Sur le projet de contournement nord de la Ville de Nîmes, Carole Delga n’est pas contre l'idée de l’inscrire dans le contrat. Elle a toutefois précisé que les projets devraient avoir une certaine maturité, c'est-à-dire démarrer pendant la période du contrat, pour y être inscrits.

Des élections régionales pas comme les autres...

Crise sanitaire oblige, « la campagne sera différente de celle de 2015 ! » Dans environ une semaine, la présidente, candidate à un deuxième mandat, lancera une plateforme citoyenne pour participer à l’élaboration d'un projet. « L’élection va se faire sur la capacité à proposer un projet qui se réalise », déclare Carole Delga pensant bon de préciser : « Quand vous êtes à l’œuvre depuis cinq ans, il y a des arguments qui ne seront pas réutilisés par mes adversaires. La suspicion à l'endroit des femmes est très forte aux postes de responsabilités… À mon égard, ça a changé et je me battrai comme un lionne. » Sur la question de la tête de liste dans le Gard, Carole Delga cultive le mystère. Et pourquoi pas Fabrice Verdier, conseiller régional sortant et nouveau président du Pays d’Uzès ? « Fabrice m’a dit qu’il était candidat mais pas qu’il voulait tirer la liste dans le Gard. » Le nom de la tête de liste sera connue d'ici avril.

Ses relations avec le maire RN de Beaucaire 

Entre la présidente de la Région et le maire Rassemblement national de Beaucaire, Julien Sanchez, les relations sont explosives. Leur inimitié a démarré en 2016 lorsque Carole Delga a refusé de signer le contrat de Ville. Également élu au conseil régional, Julien Sanchez reste l’un de ses principaux opposants. Pour l’heure, on ignore toujours si le maire de Beaucaire sera préféré à Jean-Paul Garraud pour conduire la liste RN aux Régionales. En attendant, un nouveau litige oppose les deux adversaires : la subvention de la Région pour transformer la base d’aviron de Beaucaire en base olympique en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. « Julian Sanchez a déposé un dossier de subvention de 50% ! Une demande totalement illégale puisque, pour ce genre d’opération, la Région fiance entre 25 et 30% ! Il s’agit là-encore de la stratégie de l’extrême-Droite », vilipende la socialiste... presque en campagne !  

Coralie Mollaret 

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

7 commentaires

  1. Il y en a un peu assez de la guerre que mène C.Delga contre le Rassemblement National en général et Julien Sanchez en particulier. L’important doit être et rester notre territoire ou comment servir au mieux ses intérêts.
    Les Occitans veulent que les élus écoutent, entendent leurs préoccupations et y répondent.
    Que C.Delga se batte comme une lionne contre ceux qui passent nos frontières illégalement et sèment l’insécurité partout plutôt que de financer, avec l’argent des contribuables, des organisations pro-migrants qui participent à l’anarchie.
    La majorité de gauche au département du Gard, avec l’aval de la droite, vient de voter 10M€ pour accompagner les mineurs non accompagnés avec l’argent des Gardois qui en subissent les conséquences.
    Le conseil régional a pour compétence majeure le développement économique, l’attractivité, l’emploi et non la démagogie sous couvert des droits de l’Homme.
    A chacun sa vision de notre région. Les Occitans trancheront.

    1. Vos propos sur les Migrants sont abjects et diffamatoires. Dans un état de droit vous pourriez être condamné pour incitation à la haine raciale. Mais vous êtes dans l’air du temps, un air irrespirable. Vous ne risquez rien, crachez ad nauseam sa haine des noirs et des arabes c’est permis, légitimé et même encouragé. Vous escomptez faire fructifier vos petits privilèges, nous vendre vos traditions exsangues, votre histoire de manuel scolaire, finir sur votre petit trône à postillonner vos mantras racistes. Cette société paranoïaque que vous désirez secrètement existe déjà, elle sert la matrice néolibérale et vous êtes son larbin. Demain quand vous irez chercher votre pain, regardez bien la couleur de peau de l’apprenti boulanger, quand vous passerez à coté d’un chantier de construction tendez l’oreille, quand vous jetterez vos poubelles imaginez qui va bien pouvoir vous en débarrasser, admirez la technique et le sens du jeu du petit latéral droit du Nîmes olympique Sofiane Alakouch, l’éloquence de Maitre Aoudia, les raséts mythiques de Allouani. On est chez nous Thierry Jacob. « le travail sous peau blanche ne peut s’émanciper là où le travail sous peau noire est stigmatisé et flétri » (Marx)

  2. Vous répétez stupidement les non arguments des bien-pensants, des bienveillants, des sachants.
    Vous vous octroyez le beau, le bon rôle, celui du gentil, du chevalier blanc.
    Pourquoi pas, mais il faut bien une autre voix, une autre voie pour sortir de l’impasse idéologique idyllique dans laquelle vous nous enfermez.
    Lorsque vous rêvez le monde d’autres le subissent. Ils subissent les conséquences de votre politique.
    Allez donc prêcher auprès des responsables, là-bas, qui regardent leurs concitoyens fuir leur terre natale. C’est à eux qu’il faut demander des comptes pas aux Français.
    Quant à vos accusations et votre condamnation, comme dirait un grand poète Nîmois que je retrouve régulièrement le samedi matin en mairie : « ça m’en touche une … »

    1. Un soupçon de réflexivité vous enverrez directement en psychiatrie. Les cercles de pouvoir vous ont octroyé une petite tribune, un petit coin où pratiquer votre commerce de petites haines mesquines, histoire d’amuser la galerie pendant qu’ils mettent la main sur les 1000 milliard d’impôts. A longueur de commentaires vous vous exprimez au nom des Français, des occitans, des nîmois…de quel droit ? Quelle légitimité avez-vous ? Vous vous autoproclamez porte parole c’est ca, non parce que personne n’a voté pour vous Thierry Jacob. 3600 voix pour le RN à Nîmes, c’est ridicule. Un peu d’humilité vous allez finir par exploser à force de vous gonfler. Apparemment vous passez du bon temps à la mairie à discuter pétanque, pas de quoi inquiéter le pouvoir local en place effectivement. Ils doivent bien se marrer. Mais vous êtes rémunéré pour ca, dites moi ? C’est de l’argent public ?Sur ce, je ne vais perdre mon temps avec vous, vous utilisez des mots dont vous ignorez le sens, vous êtes une coquille vide. Allez Salam…. Un.e habitant.e des quartiers populaires.

  3. Enfin,
    enfin vous vous dévoilez.
    Vous voulez maintenant m’envoyer en psychiatrie, comme au bon vieux temps des dictatures qui tremblent devant un esprit libre, mais pourquoi cette haine lorsque que je ne veux qu’échanger à visage découvert et main ouverte via un média local ?
    Que vous ne supportiez pas la contradiction lorsqu’elle vous supplante est une chose mais que vous en appeliez à la psychiatrie démontre votre profonde aversion du débat et de la démocratie. Je reconnais bien là l’esprit d’une idéologie totalitaire qui entend imposer sa vision du monde au nom du bien être de tous.
    Votre Salam est hypocrite. Ne salissez pas sa définition.

    1. L’ autoportrait que vous esquissez est particulièrement réussi, belle projection. Laissez tomber la psychiatrie vous êtes déjà enfermé à double tour dans votre propre paranoïa. Pour être un libre penseur encore faut-il penser, ce n’est pas à votre portée. Je vous laisse vous débattre tout seul dans votre petite mare d’eau croupie. Adiu.

  4. Ça c’est de l’argument.
    L’on vous parle immigration-identité vous répondez : racisme-fascisme … pour noyer le poisson et finir par fuir lamentablement pour éviter le débat. Vos belles phrases alambiquées pour mieux vous cacher ne trompent personne. Revenez à la charge lorsque vous tiendrez la route…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité