A la uneActualitésSports Gard

FAIT DU SOIR Étoile de Bessèges : Wellens en patron, Ganna la confirmation, Delettre la révélation

Le Gardois Alexandre Delettre est rentré à Bellegarde avec le maillot bleu de meilleur grimpeur et un beau trophée. (Photo Corentin Migoule)
Le Gardois Alexandre Delettre est rentré à Bellegarde avec le maillot bleu de meilleur grimpeur et un beau trophée. (Photo Corentin Migoule)

L'Italien Filippo Ganna (Ineos Grenadiers), champion du monde de la spécialité, s'est imposé ce dimanche dans le contre-la-montre final de l'Étoile de Bessèges dont le Belge Tim Wellens (Lotto-Soudal) est le vainqueur final après son exploit en solitaire avant-hier. Le Gardois Alexandre Delettre, qui participait à sa première course professionnelle, rentrera chez lui à Bellegarde avec le maillot bleu de meilleur grimpeur dans le besace et des souvenirs plein la tête.

Ça y est, c’est déjà fini ! Parenthèse enchantée dans un début d’année marqué par le lancement d’une campagne vaccinale qui ne suffit pas (encore) à endiguer une pandémie qui pourrit nos vies depuis un an, l’Étoile de Bessèges a bien eu lieu. Et son maintien, même dans des conditions revisitées, n’avait rien d’évident tant le report est plébiscité pour bon nombre d’événements.

Un contexte sanitaire fragile dont a d’ailleurs su profiter l’épreuve cycliste gardoise qui, grâce à l’annulation de plusieurs courses et le report du Tour de Valence (Espagne), s’est retrouvée avec des noms ronflants. Mercredi à Bellegarde, ce ne sont pas moins de 22 équipes dont 11 World Tour (le plus haut niveau du cyclisme mondial) qui ont pris part à la 51e édition de ce que la chaîne l’Équipe, récent diffuseur de l’épreuve, a appelé "le Tour du Gard".

Filippo Ganna, déjà vainqueur hier à Saint-Siffret, a remis ça en écrasant le contre-la-montre de 11 kilomètres. (Photo Corentin Migoule)

La présence dans le peloton de trois vainqueurs du Tour de France (Nibali, Thomas, Bernal), de trois champions du monde (Pedersen, Kwiatkowski, Gilbert), ainsi que celle du champion olympique en titre Greg Van Avermaet, donne une idée de la dimension internationale prise par une course fondée il y a cinquante ans par Roland Fangille avec 3000 francs et quelques bons amis. Et si l’on aurait pu craindre que les grosses écuries cadenassent la course, la rendant inévitablement ennuyeuse, il n’en a rien été ! D’abord parce que l’Étoile reste l’Étoile et réserve toujours son lot de surprises. Ensuite parce que la saison cycliste ne fait que commencer et que les leaders ne sont pas encore affamés.

La victoire du Belge Timothy Dupont, coureur de la modeste équipe Bingoal lors de la 2e étape et son final chaotique à La Calmette en est la preuve. Évidemment, le double succès de l’Italien Filippo Ganna, infatigable rouleur de l’armada Ineos Grenadiers, tend à démontrer le contraire. Mais c’est avec panache que le champion du monde du contre-la-montre s’est adjugé la 4e étape en filant en costaud pour s’imposer à Saint-Siffret au terme d’une longue échappée.

Patrick Herse, fidèle bras droit de Roland Fangille, aux manettes depuis plusieurs années à l’organisation de la course, ne s’est pas trompé en désignant le Grand Prix de Bessèges (3e étape) comme le juge de paix de l’épreuve. Le Belge Tim Wellens (Lotto-Soudal) y a construit son succès au classement général en s’imposant avec 37 secondes d’avance sur ses poursuivants à l’issue d’une échappée royale dans laquelle figuraient Bernal, Gilbert et Kwiatkowski.

C’est donc avec un matelas confortable que le vainqueur du Tour de Pologne 2016 s’est élancé cet après midi dans l’ultime épreuve chronométrée de l’Étoile. Fort logiquement, celui qui compte quatre victoires sur un Grand Tour à son palmarès a confirmé sa bonne forme du moment en terminant 4e du contre-la-montre au sommet de l’Ermitage dont est sorti vainqueur l’intouchable Ganna. Suffisant pour conserver son maillot de leader. Si le Polonais Michal Kwiatkowski et l'Allemand Nils Politt complètent le podium, la satisfaction française est à chercher du côté de l’équipe marseillaise Delko.

Alexandre Delettre, le rêve éveillé

Son jeune pensionnaire, le Gardois de 23 ans Alexandre Delettre, qui a pris part à sa première course professionnelle, s’est en effet brillamment révélé. Celui qui a grandi à Vauvert et réside depuis l’hiver dernier à Bellegarde, a mis à profit ses qualités de puncheur pour passer en tête de la plupart des bosses du parcours pendant cinq jours. Souvent à l’avant, courant comme un grand, le petit bonhomme d’1m70 a remporté le classement du meilleur grimpeur. Venu « prendre du plaisir et découvrir le monde pro », le Vauverdois s’est mis en valeur sur des routes qu’il connaissait bien.

Peut-être a-t-il été gagné par l’émotion lorsque, dans le dernier virage de l’ascension qui menait à l’arrivée, quelques mètres après avoir été poussé par la foule dans laquelle se trouvaient sa compagne et ses meilleurs amis, le meilleur grimpeur de cette 51e édition s'est fait une frayeur en allant au tapis, sans que la chute n’ait de conséquence. Peu après 16 heures et la remise du trophée, son rêve éveillé a pris fin et le Gardois s’en est allé rejoindre les siens, maillot bleu sur le dos et bouquet de fleurs sous le bras.

Peinée par le décès de Rolland Fangille survenu le 19 novembre dernier, Claudine, sa fille, a un temps hésité à reprendre le flambeau, considérant que « l’Étoile sans papa ce n’est pas vraiment l’Étoile. » Épaulée par sa fille, Tiphany, et une armée d’admirables bénévoles, la nouvelle présidente de l’Union Cycliste Bességeoise a eu raison de ne pas renoncer. Car si comme Arnaud Bord ils ont été nombreux à « chercher partout Roland, son bonnet et son regard malicieux », les "vestes bleues" de l’Étoile, en œuvrant pour le maintien de la course, lui ont rendu « le plus bel hommage. » Et ce ne sont pas les nombreux alésiens masqués ayant pris possession des pentes de l’Ermitage pour profiter d’un soleil enfin de la partie qui diront le contraire.

Camping-cars, glacières, rosé… il régnait comme un doux parfum de juillet en cet après-midi de février ! Des exploits sportifs et du monde pour les apprécier, des plaisirs simples que l'on avait presque oubliés... Merci l’Étoile !

Corentin Migoule

Publicité
Publicité
Publicité

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité