ActualitésSociété

MOLIÈRES/CÈZE Parents et élus fermement opposés à la fermeture d’une classe

Les parents d'élèves n'étaient pas venus les mains vides. (Photo Corentin Migoule)
Les parents d'élèves n'étaient pas venus les mains vides. (Photo Corentin Migoule)

Vendredi peu après 14 heures, l’équipe municipale moliéroise a reçu en mairie une inspectrice d’académie venue exposer le dessin de la future carte scolaire qui devrait engendrer la fermeture d’une classe. Une trentaine d’habitants y a manifesté son opposition.

C’est une haie d’honneur formée par des pancartes tenues par des parents désireux de témoigner leur attachement à leur école communale qui a accueilli une inspectrice d’académie sur le perron de l’Hôtel de ville, vendredi, peu après 14 heures. À Molières-sur-Cèze, l’annonce d’une potentielle fermeture de classe a fait grand bruit en début de semaine dernière et ils étaient une trentaine, majoritairement des parents, à s’être donnés rendez-vous pour clamer leur opposition.

« Non à la fermeture de classe », pouvait-on lire sur une grande bâche déployée sur la façade de la mairie. Regroupant plus de 80 élèves, l’école moliéroise dispose actuellement de quatre classes à double niveau avec des effectifs de travail relativement confortables. La maire, Florence Bouis, fraîchement élue au printemps dernier, craint que la mesure ne « pousse les gens à quitter le public pour se tourner vers le privé. » L’édile reconnaît par ailleurs que « la mesure se justifie si l’on s’en tient à la politique par le nombre appliquée par le Gouvernement » mais rappelle que « nous n’avons pas encore de véritables projections sur les effectifs. Il peut y avoir beaucoup de mouvements d’ici l’été. »

Des classes à triple niveau inconfortables

Un changement d’école que n’exclut pas Virginie, maman d’un élève actuellement scolarisé en CE1, et donc pleinement concerné par la fermeture de cette classe : « Ça peut être envisagé si on se rend compte que c’est à son détriment. Reste à savoir s’il serait accepté à Saint-Ambroix ou à Bessèges. » Si la fermeture devenait effective, son fils ferait partie de l’une des trois classes à triple niveau, composée en majorité de CM1 et de CM2 : « Il risque de se retrouver délaissé au profit des plus grands qui seront en pleine préparation importante pour leur entrée au collège. »

Venu prêter main forte à Florence Bouis à l’occasion de son entretien avec l’inspectrice d’académie, Olivier Martin, président de la communauté de communes de Cèze Cévennes, s’est éclipsé lorsque la réunion a pris un virage technique, non sans avoir dit sa façon de penser à la représentante de l’Éducation nationale : « Ce n’est pas imaginable dans la situation des communes rurales de fermer une classe aussi brutalement. Il faut intégrer un contexte social et économique : celui de Molières-sur-Cèze, l’une des communes les plus pauvres du département, où le taux de chômage est le plus fort. » Estimant que le contexte sanitaire « a favorisé les décrochages », Olivier Martin prévient : « Les enfants vont se retrouver à 29 dans la classe, ça ne va que les accentuer. »

« Ça couperait une dynamique »

Deux ans après la fermeture d’une première classe, le renouvellement de cette mesure serait en effet « un très mauvais signal. Si dans des territoires en déshérence comme celui-là l’État ne contribue pas à l’insertion sociale et à l’égalité des chances, il faillit à sa mission », déroule le président de la communauté de communes de Cèze Cévennes. Et de conclure : « Ça couperait une dynamique impulsée par toute une équipe de jeunes élus qui a entamé sa mandature par la gestion de la pandémie. »

À l’issue d’un échange « cordial » avec l’inspectrice d’académie, la première magistrate moliéroise a indiqué son intention de prendre rendez-vous dans les meilleurs délais avec le directeur académique des services de l'Éducation nationale (DASEN) pour « défendre nos positions et notre école publique. »

Corentin Migoule

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité