ActualitésPolitique

GARD RHODANIEN En plein conseil, Luc Schrive démissionne de son mandat de conseiller communautaire

Luc Schrive, conseiller communautaire spiripontain a démissionné de son mandat, lors du conseil d'Agglo de ce lundi 15 février. (Marie Meunier / Objectif Gard)

"Je vous annonce donc ma démission", lance Luc Schrive, conseiller communautaire à l'Agglomération du Gard rhodanien lors du conseil de ce lundi soir. Alors que le président, Jean-Christian Rey terminait la présentation du rapport de la Chambre régionale des comptes, l'élu spiripontain a pris la parole au micro pour "faire part de (son) mal-être" au sein de l'EPCI. 

Sur sa feuille, Luc Schrive a tapé à l'ordinateur son discours. Avec des mots forts. Le mode de gouvernance et de fonctionnement de l'Agglomération ne lui convient plus. Il avait suggéré que la présidence soit alternée tous les trois ans entre un élu "urbain" et un "rural". "À la place, nous avons une gouvernance bicéphale : Bagnols et Bagnols. Mon sentiment personnel est que s'organise et se cimente une collusion d'intérêts entre le maire de Bagnols et le président de l'Agglo", clame Luc Schrive.

L'élu spiripontain a le sentiment d'avoir été "tenu à l'écart des orientations stratégiques et de certains études" où il pensait détenir "les compétences". Il s'est excusé auprès de Claire Lapeyronie, maire de Pont-Saint-Esprit et 1re vice-présidente à l'Agglo, qu'il "met en porte-à-faux" par cette décision irrévocable.

Voulant s'éloigner des "petits calculs politiciens", Luc Schrive a terminé en souhaitant à l'équipe de Jean-Christian Rey de "redéfinir une gouvernance transparente, équitable entre ruralité et les villes centres, dans l'intérêt à long terme de ce territoire et de ses habitants". Et puisque celui-ci n'a plus rien à perdre, il lâche : "Je vous annonce déjà que Veolia aura la délégation de service public de l'eau et l'assainissement. Voilà la gouvernance de cette assemblée !"

Quelques applaudissements se font entendre notamment sur le banc spiripontain. Jean-Christian Rey reprend en se contenant : "Au mieux, c'est injuste, au pire, c'est diffamatoire pour la "collusion", la "supercherie" et la "violence". Parce que je suis aussi garant de l'intérêt général, il vaut mieux que je ne réponde pas. Par contre, je ne peux te laisser dire que Veolia a déjà été choisie." Luc Schrive a déjà pris son sac à dos et a quitté la salle avant que le président ne termine sa réponse.

Les débats ont continué pendant plus d'une heure sur ce fameux rapport de la Chambre régionale des comptes concernant 2013 et les années suivantes. On vous en dit plus sur Objectif Gard demain.

Marie Meunier

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité