A la uneActualités

PONT-SAINT-ESPRIT La fête des grand-mères, reine de la foire de Printemps, malgré le contexte sanitaire

56 stands étaient installés sur les allées à l'occasion de la traditionnelle foire de printemps de Pont-Saint-Esprit. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Comme chaque année, la foire de printemps de Pont-Saint-Esprit est organisée le premier dimanche de printemps, le jour de la fête des grand-mères. Certains visiteurs étaient donc en quête d'une composition florale pour célébrer cette date avec leur aïeule. Et ce, malgré le contexte sanitaire délicat.

"On fait attention, on garde nos distances, on garde les masques. Mais la fête des grand-mères, ça reste la fête des grand-mères. On en a marre, ça commence à durer cette épidémie", confiait Patrick, qui a acheté sur la foire un bouquet pour sa grand-mère de 90 ans. Malgré une période "pas évidente", il a décidé de passer une partie de la journée avec elle.

C'est aussi le cas de Stéphanie qui passera dans la semaine voir sa grand-mère du côté de Vallon-Pont-d'Arc en Ardèche, en prenant quelques précautions : "On ne fait pas de bisous, on reste un peu dehors. Même si elle s'est fait vacciner, on fait attention, on ne sait jamais."

Le monde était au rendez-vous pour cette foire de printemps 2021. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Alors que le Gard est le département d'Occitanie avec le plus fort taux d'incidence du virus, beaucoup de personnes ont décidé de quand même aller voir leur grand-mère. Mais tous affirment qu'ils essayent de limiter les risques. Thierry avait bien l'intension de passer le dimanche midi avec la sienne et avec un cercle d'amis restreint pour éviter les brassages : "On côtoie moins de gens qu'avant, on fait attention avec qui on reste."

"Avec le covid-19, les gens sont contents de marquer le coup et de se retrouver"

De même pour les deux jeunes sœurs Léa et Camille, de Saint-Paulet-de-Caisson : "On évite d'aller en soirée. Et quand on y va, on ne va pas voir nos grand-parents le lendemain." Presque un an après le début du premier confinement, les personnes ont tenu à célébrer cette fête. Et même plus que l'an dernier : "J'ai plus travaillé cette année. Mes tables de fleurs se sont vidées sans que je m'en rendes compte", atteste Claude Tramier, pépiniériste/horticulteur venu d'Orange et coutumier de la foire de printemps spiripontaine.

Séverine Gascon, fleuriste au 'Le Petit Nice' trouve que les ventes sont plus dynamiques cette année que l'an passé. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Même constat chez le fleuriste "Le Petit Nice", qui a aussi installé un petit stand en plus de la boutique sur les allées. "Le monde est au rendez-vous, c'est plus dynamique que l'année dernière. Au contraire, avec le covid-19, les gens sont contents de marquer le coup et de se retrouver", suppose Séverine Gascon, épouse du gérant. L'autre phénomène qu'elle a noté, c'est que les livraisons de fleurs "ont triplé par rapport à l'an passé". Une manière de montrer son affection à ses proches, sans risquer de propager le virus. "Les restaurants étant fermés, au lieu d'offrir le repas, on va peut-être plus facilement offrir des fleurs", poursuit la fleuriste.

Outre les pensées, jonquilles et anémones, 56 stands sont installés toute la journée à Pont-Saint-Esprit, regroupés en quatre villages : créatif, bio/bien-être, loisir et village vert. Il y en a pour tous les goûts, pour les grand-mères mais aussi tous les membres de la famille.

Marie Meunier

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité